L’ADSU, avec la collaboration de la Customs Anti-Narcotics Section (CANS), avait interpellé quatre mules zimbabwéennes le mois dernier alors qu’elles se faisaient passer pour des fidèles d’une église en voyage religieux à Maurice.

Les suspectes portaient même des t-shirts avec des effigies religieuses lors de leur débarquement à l’aéroport international SSR, où finalement, elles avaient restitué un total de 125 boulettes d’héroïne valant Rs 22 M. Celle qui les avait recrutées pour transporter cette drogue, Blessings Tafadzwa Marufu, connue comme la “Drug Queen” au Zimbabwe, a été retrouvée morte dans une chambre d’hôtel en Chine cette semaine.

Selon la presse zimbabwéenne, elle aurait été assassinée et son cadavre a été découvert par des employés d’hôtel. Blessings Tafadzwa Marufu est très impliquée dans une église, à Johannesburg, où elle donnait des t-shirts religieux aux mules afin que la douane des différents pays ne les soupçonne pas de trafic de drogue. Pour le moment, très peu d’informations circulent sur ce décès.

Du côté du quartier général de l’ADSU, une source avance qu’une des suspectes arrêtées avait confirmé qu’elles ont été recrutées par une femme au Zimbabwe, mais les enquêteurs sont toujours dans l’attente de son identité.

Pour rappel, Mudembo Mercy (24 ans) , Kohwai Lisa Takudzwa (24 ans), Makuvaza Tanaka Mitchel (23 ans) et Sami Patience (31 ans) sont arrivées à Maurice le 9 novembre sur un vol en provenance de Johannesburg. Une fois dans le hall d’arrivée, les quatre Zimbabwéennes ont fait l’objet d’un “profiling” par la CANS. Elles étaient vêtues de t-shirts avec des inscriptions religieuses et des insignes d’identité supposément d’une église.

Les suspectes ont été interpellées par les douaniers pour un contrôle où elles ont allégué qu’elles étaient dans l’île pour un voyage religieux et qu’elles devaient loger dans un pensionnat à Pointe-aux-Sables.

Cependant, leurs explications étaient jugées insatisfaisantes. Elles ont été emmenées dans un bureau à l’aéroport, où l’une d’elles a fini par avouer avoir ingurgité des boulettes de drogue. Les quatre mules ont été conduites à l’hôpital Nehru, à Rose-Belle, où après un mois, elles ont restitué 125 boulettes d’héroïne pesant 1,487 kg.

Elles sont en détention préventive pour importation de drogue et leur interrogatoire a déjà débuté. Les suspectes ont déclaré que c’est une femme au Zimbabwe qui les a persuadées d’ingurgiter de la drogue contre la promesse d’une belle somme.

À noter que l’opération de “controlled delivery” à Maurice n’avait rien donné.