DR MICHAEL ATCHIA

La population mauricienne est première en Afrique pour la bonne gouvernance (Mo Ibrahim Index). Maurice, qui a su gagner une très grande majorité aux Nations unies pour le vote sur la décolonisation et le retour des Chagos, est un exemple pour le monde en tant que pays où prime la paix dans la diversité et où les élections ont toujours lieu à terme, avec zéro magouille et une démocratie vivante. Toutefois, deux points faibles à améliorer à tout prix sont la représentation de la femme en politique et l’absentéisme aux élections.

Il va de soi que l’électorat évalue (promesses vs. réalisations) les performances de chacun de ses élus, séparément et collectivement, au sein de chaque parti et/ou alliance pour venir ensuite renouveler sa confiance ou sanctionner, à cause de sa déception, à travers le pouvoir de son VOTE ! L’électorat accueillera les nouveaux candidats sur la base de leurs parcours civils précédents, mais pour quel programme électoral, pour quel modèle de société il ou elle se présente ? Trouve-t-on, dans ces programmes, la sécurité alimentaire, l’énergie renouvelable, la qualité de ressources humaines, la lutte contre la pauvreté, l’ordre et la paix, le zéro corruption, la méritocratie pour tous et le respect de la diversité, la représentation de la femme à tous les niveaux inclus au Parlement, des stratégies de développement humain durable tout comme des stratégies pour prévenir ou gérer des catastrophes naturelles ou humaines qui guettent la République, telles que cyclones géants ou tsunamis,  rupture de fourniture de pétrole, de riz et de farine, ou dans la venue de touristes, épidémies, etc. ? Et ce, avec la promesse de “walk the talk” (“dir se ki ou pou fer” et après “fer se ki ou inn dir”), de service et de bonne gouvernance ?

L’électeur est le principal acteur de tout scrutin démocratique. C’est nous qui décidons. Il va de soi que chaque citoyen de plus de 18 ans est enregistré comme électeur et acquiert son droit de vote, Droit qui va de pair avec Devoir : celui d’aller voter.

Réservez déjà une heure de votre temps ce 7 novembre pour aller voter. Maurice a la chance d’avoir une bonne Commission électorale et des procédures rodées. Vous n’aurez qu’à vous rendre au centre de vote de votre localité, muni de votre carte d’identité (ou autre pièce portant nom, signature et photo telle que permis de conduire, passeport, carte de Sécurité sociale, etc.), excellente mesure de la Commission électorale pour empêcher l’usurpation d’identité.

Ailleurs ? En Australie, la loi rend l’inscription sur les listes électorales obligatoire ainsi que le fait d’aller voter. De même, pour le Brésil (obligatoire de 18 à 70 ans), la Bolivie, le Costa Rica, la Belgique, le Nauru, et la Suisse, où voter est obligatoire ! Or, chez nous, le vote est certes un devoir du citoyen, mais pas une obligation légale. Encore mieux, c’est un choix libre pour chacun. Voter est une simple formalité, mais dont la portée est immense. Exprimer son choix, c’est accomplir son devoir civique, c’est choisir son avenir et celui de ses enfants. Ne pas voter, c’est abdiquer, c’est vendre son patrimoine, c’est un acte de lâcheté. Allez voter, faites honneur à notre pays !