Le monde de l’athlétisme mauricien a été secoué en fin de semaine par la terrible nouvelle du décès de son ancien DTN Jacques Dudal. Les nombreux témoignages et messages sur les réseaux sociaux, à l’annonce de sa mort, témoignent de l’estime, l’affection et la reconnaissance qu’avaient  plus d’un au sein de la famille de l’athlétisme local pour cet homme au grand coeur.
Quoique le sachant malade depuis qu’il avait été terrassé subitement en 2002  par un infarctus cérébral, tous redoutaient ce moment où nous allions apprendre la nouvelle du départ de ‘bonhomme’ comme on le surnommait affectueusement dans le giron.
Jacques a indéniablement laissé son empreinte sur l’athlétisme mauricien. Nombreux sont les athlètes qui sont passés entre les mains expertes de ce grand monsieur.  Qui ne se souvient pas de ses fameux ‘Pam ! Pam ! Pam ! qui rythmaient les séances d’entraînement au Stade Maryse Justin.
Jacques n’était pas seulement un coach mais également un conseiller et un accompagnateur. Il était de cette trempe de dirigeants sportifs pour qui ‘putting athlete first’ n’était pas qu’un slogan creux.
A titre d’exemple : Alors que le sauteur Khemraj Naiko avait, vers fin des années 80, début des années 90, décidé d’abandonner l’athlétisme, Jacques décida un après midi de se rendre au domicile des Naiko à Terre Rouge pour convaincre Khemraj de revenir car il avait vu le potentiel du gamin de l’époque et pour convaincre également les parents.  La suite on la connaît, Khemraj Naiko fut, entre autres réussites, codétenteur du record d’Afrique du saut en hauteur.
Je demeure persuadé que beaucoup d’autres athlètes peuvent témoigner de l’apport positif de cet homme d’exception dans leur carrière sportive. Je pense ici entre autres aux Patrick Legrand, Judex Lefou, Sandra Govinden, Nadine Benoit, Gilliane Edwards, Gilbert Hashan, David Victoire, Enrico Louis, Elvino Pierre-Louis, Eric Milazar, Stéphan Buckland, Stéphanie Domaingue, Josianne Boullé,  Marie-Lourdes Appadou, Bernadette Ravina, et autre Ricky Wai Choon. Cette liste n’est certes pas exhaustive. Certains ont d’ailleurs gardé un contact permanent avec l’ami Jacques Dudal, à l’image de Ricky Wai Choon qui lui rendait visite de temps à autre. Ce dernier, très abattu, témoigne : ‘Au moment même où je réservais ma chambre d’hôtel pour ainsi venir te rendre visite le 6 juillet prochain à ta résidence de retraite, la nouvelle m’est tombée comme  la foudre. Tu viens de nous quitter! Ce moment que toi et moi redoutions à chaque fois qu’on se disait au revoir est malheureusement arrivé. Je ne pourrai jamais trouver de mots pour te remercier pour ton soutien pendant toute ma carrière d’athlète. Tu as été pour moi un mentor, un père spirituel, un ami sincère. Je ne pourrai oublier tous ces moments privilégiés qu’on a partagés ensemble. … sans oublier ce discours très touchant que tu as eu à mon égard lors du baptême de mon fils. Tous ces bons souvenirs qui resteront à jamais au plus profond de mon coeur. Au revoir Jacques Dudal’
C’est d’ailleurs par le truchement de Ricky que j’eus  le privilège d’échanger quelques mots au téléphone avec Jacques en octobre dernier. Une conversation qui fut empreinte d’émotion.
Un autre ancien à avoir bénéficié des prodigieux conseils de Jacques n’est autre que le premier médaillé Mauricien  au Jeux d’Afrique, Judex Lefou. Il a eu ceci à dire en guise de témoignage : ‘C’est la plus grande tristesse de ma vie de sportif et personnel, mon pilier, mon mentor, mon guide, mon entraîneur qui m’a tout appris, physiquement, psychologiquement, qui m’a fait avoir un nom dans le monde sportif, qui m’a tout donné. Il va me manquer surtout son ‘pam pam pam pam’ et sa personne. Non ce n’est pas possible. Repose en paix. Tu seras toujours dans ma tête, dans mes rêves, dans mes souvenirs et dans mon coeur’. Ce pourrait être aussi le témoignage de bon nombre de nos athlètes.
Je garde personnellement de Jacques, entre autres, le souvenir de quelqu’un qui préparait avec minutie ses fiches d’entraînement et ses plans de développement de l’athlétisme. Je revois encore ses petits papiers durs quadrillés sur lesquels il couchait de sa belle écriture les statistiques et autres infos.
A sa famille et à tous ceux qui sont affligés par cette perte, je présente mes plus vives sympathies. Sachez que je partage votre peine et votre tristesse.