Le barreau mauricien est en deuil. L’un des plus illustres hommes de loi que le pays ait connu, sir Marc David, Queen’s Counsel, s’en est allé. Il a rendu l’âme hier après-midi à la clinique du Bon Pasteur à Rose-Hill après une longue maladie.
Sir Marc David, atteint d’un cancer, avait perdu son épouse Mary il y a déjà quelque temps. À 87 ans, cet illustre personnage laisse derrière lui six enfants et la mémoire d’un avocat qui a fait montre de discipline et de rigueur durant sa carrière avec une grande sagesse et un humour qui lui était propre.
Il a été pendant de nombreuses années l’avocat attitré de notre groupe de presse.      
Également l’avocat de sir Anerood Jugnauth (QC), il avait présidé plusieurs Fact Finding Committees, dont celui sur les allégations du directeur du MGI d’alors sur la réduction du budget décidé par le gouvernement en 1982.
Sir Marc David avait un amour inconditionnel pour les chevaux. Il a d’ailleurs été entraîneur, propriétaire d’écurie et ensuite Commissaire du Mauritius Turf Club. Il partageait cette passion avec son ami Sir Gaëtan Duval (QC) avec qui il était par moments en désaccord. En 1982, il avait jugé « inacceptable » certains propos de l’ancien leader du PMSD à la télévision s’agissant du renvoi des dépouillements à Triolet/Pamplemousses en 1976. Sir Marc David était alors président de l’Electoral Supervisory Commission. Il avait toutefois été profondément attristé par la mort de son confrère du barreau et l’avait remplacé lors du procès de sir Bhinod Bacha devant les Assises, en 1996. Procès qu’il a gagné avec sir Hamid Moollan (QC) à ses côtés.
Sollicité par Le Mauricien, sir Hamid soutient qu’il regrette la perte de son ami. « Nous avons été ensemble au barreau pendant plus de cinquante ans. C’est une personne sur qui on peut parler pendant des heures… C’était tout simplement l’un des meilleurs. Nous avions un grand respect l’un pour l’autre et nous avons souvent été ensemble dans des procès et parfois l’un contre l’autre surtout au Privy Council », nous confie sir Hamid (QC).
Le Queen’s Counsel devait ajouter : « Je me rappelle encore d’un procès aux Seychelles où nous avions dû travailler sans relâche pendant plus de dix jours. C’est grâce à notre amitié qu’on a pu gagner ce procès. Je me suis toujours incliné devant son professionnalisme et c’est définitivement un exemple à suivre. Une intelligence hors du commun… Il est entré un peu tard dans le procès Bacha mais nous connaissons tous le résultat ».
Après avoir été lauréat, sir Marc David décide d’étudier le droit en Angleterre. Le 10 juillet 1950, il devient avocat et intègre le barreau mauricien. Une dizaine d’années plus tard il devient Queen’s Counsel, titre donné à tout avocat dont les compétences sont bien établies au niveau du barreau. Il a été président du Bar Council et a également été fait professeur honoraire de l’Université de Maurice en 1990.
Sir Marc David a également écrit une autobiographie intitulée « Histoire d’une vie » en 2012.
Sa dépouille sera exposée à la chapelle du Home de Bonne Terre, Vacoas, dimanche après-midi à partir de 17 h pour la veillée.
Ses funérailles auront lieu le lendemain, lundi, en l’église de La Visitation à Vacoas à 11h et il sera inhumé au cimetière de Mahébourg, auprès de ses parents et de son épouse.
Le Mauricien s’incline devant sa mémoire et offre sa sympathie à ses six enfants: Jean-Claude, Maurice, Jane, Francis, Elizabeth et Téresa.