Après l’éclatement de la BMW X3 Saga à la National Housing Development Company en juin dernier, un nouvel élément compromettant surgit à l’encontre de cette société engagée dans la mise à exécution de la politique de logements sociaux du gouvernement. Cet organisme s’était offert une BMW X3, deux Peugeot 308 ainsi qu’une Hyundai pour des ‘Rehabilitation Wastewater Works’ alors que les contrats mentionnaient que les ‘transport facilities’ doivent être prises en charge par le contracteur.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien indiquent que les documents portant les références « Contract NHDC/1103 » et « Contract NHDC/1104 » sont des plus catégoriques à ce sujet. Le volet « counterpart staff and facilities » dans les contrats passés entre la NHDC et la firme GIBB (Mauritius) Ltd mentionne que « regarding the supervision stage of the project, we assume that due allowance will be made in the bid documents for provision by the contractor of site transport facilities to the consultant, as it is usual practice ». Ainsi, des interrogations surgissent à l’effet que la firme GIBB avait soumis une offre pour les facilités de transport dans ses Bid Documents. Toujours est-il que la NHDC s’était offerte des voitures de luxe au coût de Rs 8 millions « under the rehabilitation of NHDC housing estate projects ». L’achat de ces nouveaux véhicules de marque devait finalement profiter à des employés de la NHDC, en l’occurrence des Technical Managers et autres « Project managers ».
Dans la conjoncture, soit devant les largesses quant à l’utilisation des fonds publics pour faire l’acquisition de ces voitures, des membres du board s’interrogent sur le rôle des « external auditors » et sont dans l’attente d’une saisie du dossier par l’Independent Commission against Corruption. La seule enquête initiée sur ce problème d’achat de voitures – avec la mise à exécution des projets connus comme Firinga I, II, III, IV et V aussi bien que les Rehabilitation of Wastewater Projects – a été menée par un sous-comité du conseil d’administration, comprenant R. Mungur, S. Lallmohamed et Mme R. Ramsurn. Ce sous-comité avait mis en lumière le fait que la firme de consultants Gibb Mauritius avait, en sa possession, trois autres véhicules, des Isuzu Double Cabs, immatriculés 1219 MR 07, 274 JN 10 et 1170 MR 10, au lieu des voitures achetées en juin dernier par la NHDC. Le sous-comité avait exigé plus d’informations concernant la raison du transfert de ces véhicules à Gibb et de préciser si ces transferts avaient été effectués « in lieu of cash payment ».
Le sous-comité avait également fait ressortir que « travelling expenses for consultants and officers of the NHDC in relation to a specific project should be charged under the specific contracts. However, total overhead costs (i. e. the preliminaries and general items in a standard bidding document) in respect of a project, which include travelling, should not be beyond 10% of the total project value ». Des directives avaient aussi été données afin que les voitures achetées soient retirées du contrôle de cet organisme pour être allouées de nouveau, soit au ministère des Finances, soit à celui du Logement. D’autre part, des interrogations encore plus graves circulent, afin de savoir si GIBB (Mauritius) Ltd avait été le premier choix de « l’Evaluation Committee »…