La coalition regroupant des gens de la mer, des écologistes, des syndicalistes et des organisations sociales et politiques invite les citoyens à réfléchir sur les enjeux d’une économie bleue. Cette démarche est une alternative au National Dialogue on Ocean Economy, d’où elle avait été exclue. De même, la coalition déplore le fait que le Board of Investment ait choisi un outil non accessible à tous – en l’occurrence l’Internet – pour recueillir l’opinion du public sur le sujet.
« Le projet d’Ocean Economy a une démarche mercantiliste qui ne vise qu’à morceler notre territoire marin pour l’offrir au plus offrant. » C’est ainsi que la coalition regroupant le Syndicat des pêcheurs, la General Workers Federation, la Professional Seafarers Union, Eco-Sud, Centre for Alternative Research and Studies et Rezistans ek Alternativ analyse le projet d’Ocean Economy.
Ces militants avaient manifesté à Pailles en juillet dernier lors du National Dialogue on Ocean Economy organisé par le Board of Investment (BOI) et le bureau du Premier ministre. Ils avaient alors déploré le manque de dialogue sur ce dossier et l’exclusion des gens de la mer de la conférence.
Depuis, le BOI a mis en place un site internet invitant tous ceux concernés par la question à soumettre leurs points de vue. Ce qui est loin de satisfaire la coalition. « Nous trouvons déplorable cette façon de faire, qui démontre clairement que le BOI et le gouvernement agissent de façon unilatérale sur la question sensible de la gestion de nos ressources et de notre territoire marin. Le fait de choisir un vecteur qui n’est pas accessible à tous pour un dialogue national relève de la discrimination. Beaucoup de personnes concernées par le développement maritime n’ont pas accès à l’Internet de par leur précarité. Et la communauté des pêcheurs en fait partie. Cette approche les exclue et constitue un mépris total de leurs points de vue », expliquent Stephan Gua, Judex Rampaul, Sébastien Sauvage et Michel Chiffonne, les représentants de la coalition.
En conséquence, une Alternative National Dialogue on Ocean Economy est prévue le 17 septembre, de 10 à 15 h, à la Maritime Academy à Pointe-aux-Sables. Tous ceux souhaitant réfléchir et apporter leur contribution sur la question peuvent contacter Michel Chiffonne sur le 5753-0042.
La coalition réitère par ailleurs sa demande pour la mise en place rapide d’une Maritime Audit Commission et invite le gouvernement à travailler pour « le bien-être suprême du peuple mauricien et de la nation, en prenant des décisions qui répondront de façon responsable, durable et efficace aux défis à venir auxquels Maurice, en tant qu’État insulaire, aura à faire face ».
Elle souligne également qu’à la demande du ministère de la Pêche, le Terms of Reference pour la mise en place d’une Maritime Audit Commission a été soumis depuis au moins deux mois.