Le Real Madrid règne depuis trois ans sur la Ligue des champions, mais il a perdu cet été son entraîneur magicien Zinedine Zidane, et sa superstar Cristiano Ronaldo. Ce qui aiguise les appétits de challengers ambitieux, avant le tirage au sort de la phase de groupes jeudi à Monaco.

Le roi d’Europe ne donnerait-il pas des signes de faiblesse? Après avoir remporté quatre des cinq dernières « coupes aux grandes oreilles », le Real Madrid a connu un été mouvementé, entre départ surprise de son entraîneur Zinedine Zidane et transfert du Portugais ‘CR7’, meilleur buteur de l’histoire de la Ligue des champions, à la Juventus Turin.

Juventus et Liverpool revanchards

Ce transfert, contre 100 millions d’euros, était davantage consenti par la Maison blanche que le départ de ‘Zizou’, qui l’a contraint à se tourner en urgence vers le sélectionneur de la Roja Julen Lopetegui. Mais il laisse quand même le Real sans sa superstar, un gros caractère égocentrique mais aussi un grand professionnel, un leader et un buteur clinique dans les moments chauds.

Et comme ‘CR7’ est parti grossir les rangs de la Juventus Turin, ambitieux qui a aussi attiré le latéral portugais Joao Cancelo (40 M EUR), Emre Can (libre) ou encore le défenseur Leonardo Bonucci, parti un an plus tôt au Milan AC. De quoi tenter cette année encore de faire chuter le roi, histoire de prendre sa revanche sur la finale perdue en 2017.

C’est aussi l’objectif du Liverpool de Jürgen Klopp, finaliste malheureux en mai dernier. Les Reds et leur glorieux passé européen ont notamment attiré le Brésilien Fabinho et le gardien Alisson, le plus cher du monde. Et ont enregistré l’arrivée du rayonnant milieu Naby Keïta.

Paris en embuscade

L’Atletico Madrid, autre victime du Real (battu en finale en 2014 et 2016) s’est lui aussi armé en attirant notamment le champion du monde Thomas Lemar, et en conservant sa star Antoine Griezmann, autre ‘Frances’ champion du monde.

Le PSG, lui, n’a jamais dépassé le stade des quarts de finale de la Ligue des champions depuis son passage sous pavillon qatari, à l’été 2011. Mais il continue de croire en ses chances, malgré un été frugal sur le marché des transferts en raison des contraintes liées au fair-play financier.

Au régime sec pour ne pas afficher une situation trop déficitaire – interdite dans une certaine limite par l’UEFA -, il compte sur ses superstars Neymar et Kylian Mbappé et son nouvel entraîneur Thomas Tuchel pour franchir enfin un cap en C1.

Face à qui au premier tour? Les clubs sauront jeudi et pourront se préparer à cette phase de groupes qui débute peu de temps après, le 18 septembre. Elle s’achèvera le 12 décembre, et le tirage au sort des huitièmes de finale sera effectué le 17 décembre. Attention, deux représentants d’un même championnat ne peuvent s’affronter lors de la phase de groupes.

Pot 1

Real Madrid (ESP, triple tenant du titre)

Atlético Madrid (ESP, vainqueur de la Ligue Europa)

Barcelone (ESP)

Bayern Munich (ALL)

Manchester City (ENG)

Juventus Turin (ITA)

Paris SG (FRA)

Lokomotiv Moscou (RUS)

Pot 2

Borussia Dortmund (ALL) 89.000 (coefficient UEFA)

Porto (POR) 86.000

Manchester United (ENG) 82.000

Shakhtar Donetsk (UKR) 81.000

Naples (ITA) 78.000

Tottenham (ENG) 67.000

AS Rome (ITA) 64.000

Pot 3

Schalke (ALL) 62.000

Lyon (FRA) 59.500

Monaco (FRA) 57.000

Ajax Amsterdam (NED) 53.500

CSKA Moscou (RUS) 45.000

Pot 4

Club Brugge (BEL) 29.500

Galatasaray (TUR) 29.500

Young Boys Berne (SUI) 20.500

Inter Milan (ITA) 16.000

Hoffenheim (ALL) 14.285

AEK Athènes (GRE) 10.000

A déterminer

Liverpool (ENG) 62.000

Valence (ESP) 36.000

Viktoria Plzeň (CZE) 33.000

PAOK Salonique (GRE/29.500) ou Benfica Lisbonne (POR/80.000)

PSV Eindhoven (NED/36.000) ou BATE Borisov (BLR/20.500)

Salzburg (AUT/55.500) ou Etoile rouge de Belgrade (SRB/10.750)