L’ex-Chairman Emeritus du défunt groupe British American Investment (BAI), Dawood Rawat, a fait une deuxième apparition sur le net ce matin dans une vidéo où il réitère de son domicile à Paris que « ti ena zis fini nou dan zot latet » en faisant référence aux décisions prises par différentes institutions du pays avec l’installation au pouvoir de Lalyans Lepep en décembre 2014.

L’ancien patron de la BAI s’interroge une nouvelle fois sur le modus operandi entourant la révocation de la licence bancaire dans la nuit du 2 avril 2015. Et de souligner qu’il avait eu « des rencontres avec sir Anerood Jugnauth, Vishnu Lutchmeenaraidoo et l’ancien gouverneur de la Banque de Maurice, Ramesh Basant Roi » avant qu’il ne quitte le pays pour des soins médicaux. « Tou sa bann dimoun-la konn mwa. Mo finn zwen zot avan mo kit pei pou mo lasante. Zot pa finn dir mwa nanyin. Zot plan ti fini pare », a-t-il laissé entendre dans cette nouvelle vidéo.

Selon lui, l’équipe gouvernementale de décembre 2014 savait que le groupe BAI avait des offres de certaines grosses pointures du secteur de l’assurance, notamment de l’Angleterre, de l’Afrique du Sud ou encore de la France et qu’il y avait également des fonds d’investissement africains qui voulaient reprendre les activités du groupe.

Dawood Rawat estime que les pertes du gouvernement sur les actifs du groupe BAI se chiffrent entre Rs 10 et Rs 15 milliards. « Lasirans, Iframac, Courts, se en kou deta. Zot finn donn sa zot bann kamarad pou de kas », a laissé entendre l’ancien patron de la BAI. « Ti ena enn gran plan. Bann patron sertin sekter ti oule ki nou disparet. Nou ti vini ek bann lide pou le fitir. Nou finn agas bokou dimounn. Zis Courts ek Iframac, mo ti met 200 milyon dolar… kifer ou Rs 6 milyar. Zot finn vann sa pou Rs 200 milyon. Apel sa vol », a-t-il dit.

Dawood Rawat est revenu sur le dossier de la clinique Apollo en affirmant qu’il avait signé un protocole d’accord avec un établissement médical africain pour avoir 200 patients annuellement. Il affirme que le moment est venu pour son grand déballage au sujet de l’écroulement de son groupe. « Mo pou donn zot bann detay lor bann deal kinn fer. Kouma Courts finn vande e a komien ? Tou sa dimounn ki pe rod zot kas-la va kone kot pou al dimann zot kas. Nou pa pou kit zot », a-t-il conclu en soutenant que « la BAI avait contribué grandement à l’économie mauricienne ». Il annonce qu’une vidéo explicative sera circulée dans les jours à venir.