Une cérémonie a eu lieu hier au village Le Tamarinier pour marquer le coup d’envoi du projet d’embellissement de cette partie de l’île. Cette initiative revient à l’association Le Pont du Tamarinier qui a aussi organisé dimanche une journée de nettoyage. À cette occasion, le ministre des Administrations régionales Hervé Aimée a fait don de poubelles aux villageois.
Aménagement d’un jardin d’enfants, d’un terrain multisports et du premier jardin potager du village, mise en terre de plantes endémiques, florales et décoratives, installation de bancs et d’une poubelle de tri des déchets… Tels sont entre autres les objectifs de l’association Le Pont du Tamarinier à travers son projet d’embellissement à Le Tamarinier.
L’organisation non gouvernementale (ONG) a d’ailleurs organisé dimanche une journée de nettoyage dans ce petit village de l’Ouest. Les habitants se sont mobilisé dès l’aube pour s’atteler à la tâche. Plusieurs enfants étaient également présents pour, entre autres, peindre les différents bancs installés à Le Tamarinier. De plus, le ministère des Administrations régionales a offert 42 poubelles aux familles de Tamarinier. La Mauritian Wildlife Foundation (MWF) a aussi voulu apporter sa contribution en faisant don de plusieurs plantes endémiques.
Les participants n’ont pas manqué de féliciter l’association Le Pont du Tamarinier pour son action. « J’habite ici depuis ma tendre enfance. Et il est vrai que l’endroit était mal entretenu en raison de plusieurs problèmes, comme l’absence d’électricité et d’eau courante. Grâce au soutien de l’association, nous allons pouvoir améliorer notre village. Nous avons surtout pris conscience que chaque partie du Tamarinier est précieuse », explique Francesse au Mauricien. Et d’ajouter : « C’est un très grand moment pour nous les habitants, surtout ceux qui aiment le jardinage. »
Priscilla Martial, coordinatrice du projet d’embellissement, annonce par ailleurs que « le jardin d’enfants qui était en piteux état a pu être rénové grâce au soutien des habitants. Cela a pris du temps pour que tous comprennent l’importance de cet espace ». L’association Le Pont du Tamarinier veut ainsi encourager les habitants à être plus responsables en ce qu’il s’agit des infrastructures mises à leur disposition. L’ONG leur propose d’ailleurs de s’occuper du jardin potager où ils pourront aussi vendre les légumes récoltés à des prix abordables. « Nous demandons aux enfants de venir arroser les plantes après les heures de classe. Ils apporteront ainsi leur contribution à ce projet », dit Mme Martial.
Quarante-deux familles vivent dans le village Le Tamarinier, connu auparavant comme Camp Lacolle. Elles y sont installées depuis 2006 après avoir rencontré des difficultés à se loger. Elles bénéficient du soutien de l’association Le Pont du Tamarinier dans plusieurs domaines, dont l’éducation. L’ONG compte aussi mettre en place un centre d’art et de musique.
L’association a aussi l’intention de proposer prochainement des activités sportives. « Ce sera très bénéfique pour les enfants du village. De plus, c’est un très bon moyen de se défouler après l’école », conclut Priscilla Martial.