Après plus d’un an, le comité consultatif regroupant le ministère de la Pêche et le Syndicat des pêcheurs a repris jeudi. L’accord avec l’Union européenne, les projets du Fishermen Investment Trust (FIT) toujours en attente et les problèmes des pêcheurs ont été évoqués. Le comité se réunira à nouveau dans deux mois.
« Zordi la mer pli pou touris ki pou peser. » Tel est le sentiment des pêcheurs venus à la rencontre du ministre de la Pêche, Nicolas Von Mally, hier. Judex Rampaul, président du Syndicat des pêcheurs, a proposé la mise en place d’un fonds où contribueraient ceux qui exploitent la mer pour des activités touristiques. « Nou lagon inn fini, bann peser pe soufer », soutient-il. Ce fonds, dit-il, pourrait servir à la retraite des pêcheurs âgés.
Aimée Lamarque, de l’Association des pêcheurs de La Gaulette, se demande où sont les projets annoncés pour la communauté des pêcheurs. « On a parlé de l’aquaculture, entre autres, mais les pêcheurs n’ont aucune notion de tout cela. Il nous faut une formation au préalable. Ce n’est pas du jour au lendemain qu’on va apprendre à faire de l’aquaculture. »
Seedyanand Gobinsingh, de La Gaulette également, est lui d’avis que le gouvernement ne devrait plus donner de permis aux étrangers. Les pêcheurs fustigent le gouvernement mauricien pour le nouveau Fisheries Partnership Agreement avec l’Union européenne. Ils sont d’avis que les bateaux européens devraient aller pêcher encore plus loin que les 15 milles nautiques prévus.
Lallsingh Shamah a déploré le fait qu’il y ait deux types de cartes pour les pêcheurs. « Ceux qui pêchent hors du lagon peuvent s’en sortir, mais pour ceux qui pêchent dans le lagon, la vie est très difficile. On devrait leur donner l’autorisation de pêcher hors du lagon. »
De son côté, Christian Hang Hong, de l’association des pêcheurs de Mahébourg, déplore qu’ils ne soient pas mis au courant lorsqu’il y a des travaux dans le lagon, susceptibles de bouleverser leurs activités. Il cite l’exemple du comblement qui se fait à Mahébourg actuellement.
Les travaux à Calodyne ont aussi été évoqués. Les pêcheurs de la localité reprochent au ministère de l’Environnement d’avoir autorisé un promoteur hôtelier à combler le lagon pour son projet.
Nicolas Von Mally a assuré aux pêcheurs avoir pris note de leurs doléances. Concernant le Fisheries Partnership Agreement, il leur a fait comprendre que celui-ci n’a pas encore été signé au niveau du parlement européen.