Une opération de surveillance de la zone économique exclusive de Maurice, menée par les éléments de la National Coast Guard, sous le « 31st Joint Surveillance Mission » de la Commission de l’océan Indien a débouché hier sur l’arraisonnement du navire Ruanglap Charoencha 1. Les premiers éléments de l’enquête ont établi que ce navire suspecté de pêche illégale utilisait une fausse appellation sur l’Automatic Identification System pour dissimuler sa véritable identité. Cette mission s’est déroulée en deux temps, soit dimanche avec la détection de la présence de ce bateau de pêche dans la zone économique exclusive de Maurice, et hier, avec la décision de l’arraisonnement, après confirmation auprès des autorités mauriciennes selon laquelle le bateau ne détient aucun permis.
Les informations concordantes obtenues dans les milieux autorisés indiquent que depuis 11 h 10, dimanche, le Dornier de la National Coast Guard (NCG), qui a été chargé de deux missions de surveillance dans la zone économique exclusive (ZEE) de Maurice durant le week-end, a détecté la présence du Ruanglap Charoencha 1. Le navire se trouvait à 14,14° S et 060,05° E, soit à 440 milles nautiques au nord-est de Maurice, et s’adonnait à des activités de pêche.
Très vite des consultations engagées entre les éléments à bord du Dornier et ceux de l’OPS Room de la NCG devaient conduire à la découverte d’un véritable subterfuge. En effet, l’appellation transmise sur le système d’information automatique (Automatic Information System) de l’OPS Room de la NCG et celui du Dornier identifiait le navire sous le nom de « Onwa 1255 » alors que le nom affiché sur la proue du navire de pêche se lisait « Ruanglap Charoencha 1 ». Une vérification supplémentaire de la Fisheries Division et des Records des garde-côtes devait révéler que le navire ne possédait pas de permis de pêche dans la zone économique exclusive de Maurice et n’avait même pas signifié aux autorités mauriciennes son entrée dans la ZEE, selon les dispositions de la loi maritime en vigueur.
Avec ces informations cruciales obtenues, les éléments du Dornier ont transmis la position du navire de pêche au patrouilleur de la Indian Ocean Commission qui s’est par la suite dépêché pour arraisonner ce navire suspecté de pêche illégale, non-déclarée et non-réglementée (pêche INN) dans les eaux mauriciennes. « The professional and timely co-ordination of the operations by the NCG OPS Room, led to successful interdiction of the illegal fishing vessel. The fishing vessel is being escorted by the IOC patrol vessel to Mauritius for enquiry », explique-t-on de sources autorisées après que les Fisheries Inspectors sont parvenus à prendre les commandes du navire hier. L’arrivée du Ruanglap Charoencha 1 devra faire l’objet d’une enquête plus poussée.
En juin 2011, tout en réalisant des actions pour lutter contre la pêche illégale, non-déclarée et non-réglementée dans nos eaux territoriales, au cours d’une opération de surveillance conjointe des autorités indiennes et mauriciennes dans notre ZEE — à bord du navire indien INS Shardul — la NCG avait arraisonné le bateau de pêche thaïlandais Ruanglap N° 8 dans les environs des bancs de Nazareth. Durant le mois d’août, la Cour intermédiaire a infligé une amende de Rs 250 000 à son capitaine Jampatip Sangwan pour avoir été reconnu coupable de pêche sans autorisation dans les zones maritimes de Maurice et son navire a été saisi. « L’interception du FV Ruanglap N° 8 par le navire indien Shardul et sa confiscation peuvent être considérées comme une réussite majeure concernant la prévention et la poursuite judiciaire s’agissant de l’Illegal Unreported and Unregulated (IUU) fishing dans les zones maritimes de l’île Maurice par la NCG. » Cette surveillance indo-mauricienne fait suite à une requête du gouvernement mauricien auprès de l’Inde pour le déploiement de navires de guerre indiens dans notre ZEE en vue de réaliser des missions conjointes avec la NCG. Ainsi, durant ces dernières années, les navires indiens ont effectué plus de 250 jours de surveillance, au cours desquels ils ont également entrepris des missions anti-piraterie avec la participation de la NCG.