La pêche à l’ourite est une activité illégale depuis 1982, selon le Syndicat des pêcheurs. La récente campagne du ministère de la Pêche d’empêcher les pêcheurs de capturer des ourites pour une période de deux mois n’a pas de sens du fait qu’aucun pêcheur à Maurice n’a un permis lui permettant de s’adonner à cette activité, disent les membres du syndicat.
« Nous ne comprenons pas la raison du ministère de la Pêche de fermer la capture d’ourite alors que cette activité est illégale », s’insurge le président du Syndicat des pêcheurs, Judex Rampaul, suite à l’annonce du ministère de la Pêche de laisser grandir les jeunes ourites pour une meilleure prise. Selon les chiffres du ministère, la capture des ourites s’élève à 30 tonnes annuellement contre 200 tonnes il y a 25 ans.
Pour Judex Rampaul, la fermeture de la pêche à l’ourite est incompréhensible. « On a cessé de pêcher les ourites depuis 1982 lorsque le gouvernement d’alors avait interdit la pêche sous-marine et l’utilisation de la dynamite. Il n’y a aucun document qui confirme que cette pêche soit légale à Maurice», dit-il. Depuis cette époque et jusqu’à ce jour, le syndicat soutient qu’aucun pêcheur n’a eu le droit de pêcher ces céphalopodes. Il se demande quels sont les moyens qu’a déployés le ministère pour établir ces statistiques. Se fondant sur « sa longue expérience de la mer », il soutient que les ourites ont délaissé leur abri habituel pour aller vivre encore plus loin. Il avance que les coraux morts ne sont pas propices au peuplement de cette espèce.
Si pour lui, la majorité de pêcheurs ne capturent pas des ourites, il fait ressortir qu’il se pourrait que certains enfreignent les règles. Il ajoute que la loi n’est pas appliquée dans toute sa rigueur pour empêcher les pêcheurs de pêcher les ourites.
Rodrigues, un cas exceptionnel
Cependant, il fait ressortir que certains pêcheurs capturent parfois des ourites dans leur casier de pêche. Ces ourites, sont, selon lui, écoulées sur le marché.
Selon le président du syndicat, une grande différence existe entre la mer à Maurice et celle de Rodrigues. Il explique qu’il est plus facile de capturer des ourites à Rodrigues car les pêcheurs d’ourites peuvent, simplement, marcher pour les avoir. Alors qu’à Maurice, la situation n’est pas la même. Ils sont munis d’une carte qui leur permet de capturer les poulpes.
Pour la première fois, le ministère de la Pêche ferme pour deux mois la pêche à l’ourite. Les pêcheurs n’auront pas le droit de pêcher à partir de ce lundi jusqu’au 15 octobre. Se fondant sur la fermeture de la pêche à l’ourite à Rodrigues, qui selon le ministère, a fait ses preuves, le même résultat est attendu à Maurice. Les chiffres du ministère démontrent une augmentation de 250 tonnes suite à quatre clôtures consécutives. Pour veiller à ce que les règlements en place soient respectés, les officiers de la National Coast Guard et la Police de l’environnement ont déjà reçu des consignes.