Lors d’un point de presse hier matin au Centre Marie Reine de la Paix, le Collectif des pêcheurs de la Senne a dit subir plusieurs discriminations. Ils ont fait plusieurs demandes auprès du ministère de la Pêche qui sont restées vaines. Stephan Gua, membre de Rezistans ek Alternativ, explique que la fermeture de la pêche à la senne sur une période de cinq mois engendre beaucoup de difficultés.
« C’est difficile pour ces pêcheurs de subvenir à leurs besoins surtout lorsqu’ils se retrouvent à une période de l’année sans ressources pour faire vivre leur famille », dit Stephan Gua, qui devait citer le manifeste électoral de l’Alliance Lepep, ajoutant qu’il est temps que le Cabinet enlève les taxes sur tous les matériels des pêcheurs.
Louis Arnaud l’Enflé, président des Sociétés Coopératives et représentant des pêcheurs à la senne, a parlé lui des conditions climatiques. Il se dit peiné que plusieurs parents pêcheurs ne peuvent lors du Nouvel An offrir un jouet à leurs enfants. « Bisin conné ki pu fer are secteur la pêche. Quand il y a mauvais temps, on perçoit une allocation de Rs 275, ce qui ne nous permet pas de nourrir notre famille. Moi-même, j’ai des enfants en Form V, II et III. Ou conné combien pêcheurs pas gagn boni fin d’année, zot ploré kan zot zenfants pas gagn zouzou décembre. Maurice en sel ressource pu consommation bane pêcheurs. Donne nu enn travail kan période la senne fermé ? »
Les pêcheurs à la senne ont décidé prochainement de se mobiliser pour un mouvement de grève. « On a soulevé cette question de Close seasons. Depuis longtemps le ministre Koonjoo a reconnu qu’il y avait d’importants changements climatiques ; même la période de reproduction des poissons a changé. » Ils demandent qu’un cadre légal soit mis en place pour gérer la question de la pêche à la senne afin de permettre aux pêcheurs de vivre décemment. Louis Arnaud l’Enflé souligne que lors des congés publics, ils ne reçoivent aucune paye. « La paye ti bisin doublé car nu pé travay zour férié, or pu nu coupé. » Les pêcheurs, dit-il, doivent se mobiliser dès le mois de septembre : « On va empêcher qu’on mette des scellés le jour de la fermeture de la pêche à la senne. Pourquoi d’autres personnes ont le droit de pêcher sur un an, alors que nous les six mois de fermeture nous mettent sur le pavé. Donn nu travay kan la Senne fermé ou laisse nu travay lors douze mois. »