La section 5 du Sports Act 2013 sur les « Functions and powers of National Sports Federations » est claire comme de l’eau de roche. En ce sens, le paragraphe (1) (f) indique que les fédérations doivent « use its best endeavours to ensure that no person actively engaged in politics chairs any of its regional sports committees or any sports club enrolled with it ». Ce qui veut dire dans un langage encore plus limpide que toute personne activement engagée dans la politique n’a pas le droit d’être membre et encore moins occupée un poste important au sein d’une fédération nationale. Cette clause indique donc que, depuis le comité régional, ce type de dirigeant sportif n’est pas toléré.
Quel plus bel exemple d’une personne « actively engaged in politics » que celui qui siège au sein d’un Conseil de village?? C’est en effet le cas de Prem Boudena et Radhakrishansing Rajkoomar. Ces derniers sont, en sus de leur rôle politique, respectivement secrétaire et président de l’Association de Pétanque de l’île Maurice (APIM) depuis plus d’une décennie.
Prem Boudena et Radhakrishansing Rajkoomar ont été élus au sein du Conseil de village de Mare d’Albert et de Souillac lors des élections villageoises qui avaient eu lieu le 2 décembre 2012. Un fait qui a été à nouveau relevé par l’Everton Petanque Club de Mahébourg. Ce club a décidé de porter devant le Tribunal d’Arbitrage sa suspension arbitraire du 26 février dernier. Pour cause, c’est l’APIM de Prem Boudena et Radhakrishansing Rajkoomar qui l’a suspendu. L’Everton Petanque Club conteste dans le même mouvement l’organisation de l’Assemblée générale annuelle de l’APIM, qui se tiendra le 25 juillet prochain.