Ivan Collendavelloo (Photo d'archives)

La pétition électorale de Preetam Seewochurn, candidat battu du Reform Party (RP) dans la circonscription Stanley/Rose-Hill (No 19) lors des dernières élections générales, réclamant l’invalidation de l’élection du Premier ministre adjoint et leader du Muvman Liberater, Ivan Collendavelloo, a été appelée une première fois en Cour suprême lundi matin. L’affaire a été renvoyée au 13 janvier prochain après l’objection du No 2 du gouvernement quant à cette contestation.

En effet, le candidat du RP, Preetam Seewochurn, évoque un « bribe électoral massif » dans sa démarche devant le judiciaire en mettant en exergue trois points, soit la proposition d’augmenter massivement la pension de vieillesse pour inciter plus de 200 000 électeurs âgés de plus de 60 ans, la proposition électorale d’accélérer la mise en application du rapport du Pay Research Bureau en janvier 2020 et la promesse de paiement de plus de Rs 3 milliards aux souscripteurs des polices d’assurance Super Cash Back Gold et des investisseurs de Bramer Asset, les anciens clients de la BAI.

L’affaire a été appelée lundi en Cour suprême devant le chef juge Eddy Balancy et les hommes de loi, Me Ravind Chetty, Senior Counsel et l’avoué Me Robin Mardemootoo, représentant Ivan Collendavelloo et le Premier ministre Pravind Jugnauth respectivement, ont objecté à cette pétition. L’avocat Chetty a réclamé un renvoi de l’affaire et a signifié son intention de demander des détails sur les points avancés par le candidat battu du Reform Party.

Les hommes de loi de Preetam Seewochurn dont le leader du RP, Me Roshi Badhain, et l’avoué Pazhany Rangasamy ont demandé une “early date” de cette affaire qualifiée « d’urgente ». Les autres personnes assignées dans cette bataille juridique sont Salim Muthy et Yousuf Sumodhee qui militent aux côtés des clients de l’ex-BAI. Par ailleurs, le commissaire électoral ainsi que l’Electoral Supervisory Commission étaient eux représentés par Mes Anwar Moollan et Rishi Pursem.