Après l’acquittement par la Cour intermédiaire hier des douze Somaliens accusés d’acte de piraterie en haute mer, le DPP a décidé de faire appel. Les ressortissants somaliens resteront en détention jusqu’à ce que l’appel soit entendu.
Après avoir pris connaissance du verdict, les Somaliens ont été informés qu’ils resteront en détention en attendant le procès en appel. La magistrate Ida Dokhy-Rambarrun, devant qui les présumés pirates ont comparu, devait prendre note de leurs griefs et a indiqué qu’une note a été insérée pour que l’affaire soit traitée en priorité en appel.
Arrêtés en haute mer le 5 janvier 2013, les douze Somaliens ont été les premiers à être jugés sous une instance juridique mauricienne. Ils étaient accusés d’avoir tenté d’attaquer le bateau MSC Jasmine, battant pavillon français, avec des armes à feu. Une formation de trois jours avait été organisée à la Prison Training School de Beau-Bassin à l’initiative d’Interpol et de l’Union européenne, afin de former les policiers et gardes-chiourmes à la culture somalienne. Les présumés pirates ont débarqué à l’aéroport de plaisance le 25 janvier 2013 et ont été placés au centre de détention d’Alcatraz avant d’être transférés dans une section spécifique à la prison centrale de Beau-Bassin.
Les douze présumés pirates somaliens accusés d’Act of piracy on high seas en violation des articles 3 (1) (a), 3 (3) et 7 de la Maritime Violence Act 2011 sont Abdoulkader Mohamed ali (22 ans) ; Said Mohamed Hassan (23 ans), Ahmed Mohamed Ismael (27 ans), Shafi Mohamed Osman (22 ans), Hassan Salad Omar (25 ans), Said Omar Farah (22 ans), Mohamed Abdilahi Ahmed (45 ans), Ali Hassan Mohamed (21 ans), Abdi Mohamed Kidiye (37 ans), Abdi Ahmed Yussuf (20 ans), Abdillahi Mohamed Ahmed (24 ans) et Mahad Mohamed Ibrahim (21 ans).