Après le jugement en appel statuant qu’un nouveau procès doit être tenu, les 12 Somaliens poursuivis pour acte de piraterie en haute mer ont comparu devant la Cour intermédiaire ce matin. Lors de la séance, un quatrième avocat a signifié son intention de se retirer du procès. Me Ashok Radhakissoon sera remplacé par Me Kevin Luckeeram.
Les 12 Somaliens, qui avaient été acquittés le 6 novembre 2014 en Cour intermédiaire sous une charge d’acte de piraterie en haute mer, seront confrontés à la justice mauricienne une nouvelle fois. Ils feront face à un nouveau procès, et ce, après la décision en appel des juges Ah Foon Chui Yew Cheong et Asraf Caunhye, qui ont infirmé le jugement de la Cour intermédiaire. Lors de l’appel de l’affaire ce matin, Me Ashok Radhakisson, un des représentants légaux des pirates somaliens présumés, a signifié, après mûre réflexion, son intention de se retirer de l’affaire. Dans sa motion en cour, il a fait savoir qu’en raison de ses obligations professionnelles et pour des raisons personnelles, il ne pourra continuer à assurer la défense de son client. La magistrate Wendy Rangan, qui préside ce procès, a de ce fait désigné Me Kevin Luckeeram pour le remplacer.
Pour rappel, trois avocats s’étaient désistés lors de la précédente séance, soit Mes Lockraj Nukchady, Raj Ramsaha et Éric Ribot Jr, pour des raisons personnelles, professionnelles et de santé. Trois nouveaux avocats les ont remplacés, à savoir Mes Nitish Hurnaum, Ashik Toorabally et Neelkanth Dulloo. Toutefois, Me Nitish Hurnaum, qui ne pourra assurer la défense des pirates somaliens, sera remplacé par Me Yahia Nazroo. L’affaire sera appelée à nouveau le 23 février.
C’est dans un jugement en appel rendu le 18 décembre dernier que les juges Ah Foon Chui Yew Cheong et Asraf Caunhye ont ordonné la tenue d’un nouveau procès. Les juges avaient statué que les magistrats de la Cour intermédiaire ont failli à apprécier les preuves présentées par la poursuite lors du procès. Dans son appel, le DPP avait avancé 18 raisons contre le verdict d’acquittement des 12 Somaliens.
Les présumés pirates sont accusés d’avoir attaqué le bateau MSC Jasmine, battant pavillon de la République française, à coups de feu, le 5 janvier 2013 en haute mer à 240 nautiques des côtes somaliennes. Ces derniers nient toute implication, soutenant être de simples pêcheurs étant à la recherche d’une embarcation qui aurait disparu en haute mer. Ils sont Abdoulakader Mohamed Ali, Said Mohamed Hassan, Ahmed Mohamed Isamel, Shafi Mohamed Osman, Hassan Salad Omar, Said Omar Farah, Mohamed Abdilahi Ahmed, Ali Hassan Mohamed, Abdi Mohamed Kidiye, Abdi Ahmed Yussuf, Abdillahi Mohamed Ahmed et Mahad Mohamed Ibrahim.