Viraj Ramharaj : «85% des Mauriciens ne savent pas nager»

Viraj Ramharaj, International Lifesaving Trainer habitant Albion, a, depuis 2016, contribué à faire réduire le nombre de noyés dans le lagon de Tamarin avec la collaboration d’un groupe de volontaires dans la région et le soutien du Tamarin Youth Centre. Il suggère maintenant la mise en place d’un coin “learn to swim” sur toutes les plages avec des instructeurs de natation expérimentés, d’un “Beach Education Kiosk” doté d’un “first aid post” et d’une “Lifeguard station” avec un personnel formé.

Viraj Ramharaj suggère également le paiement d’une somme de Rs 15 par jour pour le parking sur les plages. Cet argent, dit-il, pourrait être utilisé pour construire plus de parkings pour les pique-niqueurs possédant une voiture et pour plus de sécurité. « Ceux qui habitent à deux minutes de la plage ne doivent plus utiliser leurs voitures. Le Beach Education Programme is important », souligne-t-il. Il ajoute : « La natation doit être un sujet obligatoire dans les écoles préprimaires, primaires et secondaires de même que dans les institutions tertiaires. Toutes les entreprises doivent motiver leurs employés à apprendre à nager pendant le weekend. »

Il préconise aussi l’interdiction de l’alcool sur les plages. « In other developped countries did it, why not us ? » se demande-t-il. Avec les fêtes de fin d’années, Viraj conseille les parents de surveiller de près leurs enfants, surtout lorsque ces derniers nagent. « Il ne faut pas les laisser seuls », dit-il, ajoutant que « Sun cream is bad for our lagon, we must use bio ». Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé, « there are 36 000 people who drowned around the world » et, à Maurice, « 85% des Mauriciens ne savent pas nager ». Et de poursuivre : « Everybody will say they can swim but we are asking, combien parmi eux connaissent la brasse, le papillon, le dos et la nage libre ? »

À Rodrigues, poursuit Viraj Ramharaj, environ 3 000 personnes ont reçu une formation en “Waterwise” de Karine Potiron et Moreno Speville, deux professionnels dans ce domaine. « Je dois dire que le travail accompli par Moreno Speville, entraîneur d’athlétisme à Rodrigues, dans notre campagne de prévention “A nou naze”, dont l’accent a été mis sur le “water safety” et sur l’importance de savoir nager, a porté ses fruits. Voilà la raison principale pour laquelle Rodrigues n’a enregistré aucun cas de noyade en deux ans », soutient-il. Et de rappeler que Maurice a enregistré 28 cas de noyade de janvier au 27 décembre de cette année. « Ce qui est beaucoup pour une île avec une population d’environ 1,3 million », dit-il.

Viraj, qui exerçait comme “Coach Advisor” au Mauritius Sports Council, avait quitté son emploi pour aller se perfectionner en natation en 2016 en Indonésie et en Malaisie, et ce avant de se rendre aux États-Unis, où il a eu l’occasion de mettre en place un réseau de communication. « Je travaille actuellement avec des professionnels en “Lifesaving Development” et basés en Australie, en Angleterre, au Maroc, en Inde, en Amérique, à La Réunion et aux Philippines. J’ai appris et je continue d’apprendre beaucoup de choses à travers mes contacts », explique-t-il.