«Si ena pu ale tousel eleksyon, mo pas per»: c’est ce qu’a déclaré Xavier Luc Duval, dimanche dernier, lors du congrès national que tenaient les bleus à Réduit. Depuis qu’il a quitté le gouvernement, son discours était très attendu et Xavier Duval a tenu à rassurer ses partisans qu’il ne ferait pas partie «d’une alliance bancale.»
Revenant sur les raisons de désaccords profonds l’ayant poussé à quitter le gouvernement, XLD a fait ressortir que «nous n’étions pas au gouvernement pour agir comme vase à fleurs.»  «Nous ne pouvons pas faire partie d’un gouvernement qui nous exclut dans des décisions aussi importantes que l’amendement de la Constitution pour la création de la IIe République et des changements pour la réforme électorale», estime l’ancien ministre des Finances, expliquant la position du PMSD quant à la réforme électorale.
Énumérant les réalisations faites par le PMSD, XLD souhaite l’organisation au plus vite d’élections générales pour le bien du pays. Le leader du PMSD met, cependant, en garde contre le risque du retour du communalisme à la veille des élections et qui sera pratiqué par ceux-là mêmes qui clament être des Mauriciens aujourd’hui, dit-il. Il n’a pas manqué de mentionner les rencontres qu’il a eues par courtoisie avec les dirigeants de l’opposition.
Se disant «fier que le PMSD ait réussi à faire capoter l’alliance PTr-MMM», Xavier Duval estime que «le MMM bizin ressaisi li» afin de rétablir la confiance qu’il devrait y avoir dans l’opposition. Selon lui, le PMSD 2014 est un «nouvel espoir pour la jeunesse.» «Mo anvi ki PMSD vinn bien fort pou ene changement pou pays-là», a-t-il souhaité. Dans la foulée, le PMSD a nommé son nouveau président en la personne de Maistry Ramalingum, ancien maire de Beau-Bassin/Rose-Hill.