La GSEA Fire Fighters Cadre a eu une réunion de travail en de semaine dernière avec le Chief Fire Officer, Louis Pallen, et son équipe. Le syndicat se dit satisfait des éclaircissements obtenus, notamment sur le paiement des allocations aux Lead Fire Fighters. Toutefois, il souhaite que des décisions urgentes soient prises concernant les infrastructures, surtout au quartier général des pompiers, ainsi qu’au niveau des équipements.
Lors de cette rencontre avec le Chief Fire Officer (CFO), le syndicat est revenu sur le fait que les nouveaux postes de Lead Fire Officers, introduits dans le dernier rapport du PRB à l’intention de ceux comptant plus de 15 années de service, tardaient à être appliqués. C’est en mars dernier qu’une circulaire est sortie à cet effet. Toutefois, regrette Radakrishna Sadien, président de la GSEA, « à ce jour, les Lead Fire Fighters attendent toujours le paiement de leurs “increments”. Lors de notre réunion avec le CFO, nous avons compris que c’est au niveau du ministère des Finances que se pose le problème. Nous lançons un appel au ministre des Finances et au Secrétaire financier pour faire le nécessaire à cet effet. Comment se fait-il que le PRB fasse provision pour un poste et qu’on ne prévoit pas le budget nécessaire pour cela ? »
L’autre sujet de discussion concerne les vêtements et les équipements des recrues. Ces dernières n’ont eu droit qu’à un polo-shirt depuis leur entrée en service. « Ils doivent le mettre pendant une journée, sur cinq jours, pour faire leur entraînement. Le CFO, paraît-il, n’était pas au courant de cette situation et a promis que les recrues auront un deuxième polo-shirt dans un premier temps. Nous lançons également un appel pour que les recrues, ayant terminé leur formation, fassent leur “passing out parade” une bonne fois, afin qu’elles puissent rejoindre le service car nous sommes en manque de staff. »
Concernant la santé et la sécurité au travail, le syndicat demande au gouvernement d’effectuer une visite conjointe avec le syndicat, dans les différentes casernes, ainsi qu’au quartier général, afin de faire un constat des infrastructures. « Dans certaines stations, les dortoirs sont en mauvaises conditions. Il y a un manque d’eau et d’éclairage. Au quartier général, le bâtiment comporte des fissures, notamment au control room. En plusieurs occasions, on a évoqué un déménagement qui n’a jamais été concrétisé par la suite. »
De même, le syndicat réclame des formations pour répondre aux nouvelles exigences du métier, après la restructuration du service des pompiers en un Mauritius Fire and Rescue Service. « Nous sommes appelés à intervenir dans différentes situations de catastrophe. Il faut donc les formations nécessaires. De même, nous devons bénéficier d’équipements appropriés. Cela s’applique également aux nouvelles recrues qui se retrouvent avec des équipements usagers. »