Daniel Laurent, lord-maire : « Une solution sera trouvée pour les marchands illégaux au Ruisseau du Pouce ».

Le relogement temporaire des marchands ambulants à Port-Louis a débuté. Quelque 27 marchands de la rue Monneron ont été relocalisés, et ce en raison des travaux d’infrastructures en cours à l’arrière du bâtiment LIC, à Port-Louis. Certains ont même déjà pris place au Ruisseau du Pouce. Quant aux marchands de la foire Decaen, leur relogement dépend toujours de l’achèvement de la construction de la structure à la Place de l’Immigration. Selon nos informations, l’attente ne sera pas longue.

La structure du Ruisseau du Pouce a été récemment recouverte dans le but de reloger les marchands de rue Monneron et une partie de la foire Decaen. Depuis quelques semaines, les marchands y opérant ont été évacués. Certains occupent déjà leurs étals au Ruisseau du Pouce, tandis que d’autres sont allés ailleurs. Selon le Lord-maire, Daniel Laurent, ce relogement concerne 27 marchands de rue Monneron.

« Au Ruisseau du Pouce, nous avions déjà prévu 28 étals pour les marchands de Monneron. En raison des travaux d’infrastructure en cours à dans cette rue, nous avons été obligés de les reloger rapidement. Nous attendons désormais l’achèvement de la structure à la Place de l’Immigration pour reloger les marchands de la foire Decaen », précise le Lord-maire. Il nous revient que plus de 200 marchands seront relocalisés au Ruisseau du Pouce.

Selon nos recoupements d’informations, outre les marchands de rue Monneron, il y a des marchands qui opèrent illégalement depuis plusieurs années au Ruisseau du Pouce. D’ailleurs, le Lord-maire nous le confirme. « Effectivement, il y a deux ou trois marchands qui ont opéré et le font toujours illégalement au Ruisseau du Pouce. Pour le moment, ils ne posent aucun problème aux autres marchands mais, quand nous relogerons les marchands de Decaen à cet endroit, il faudra trouver une solution pour les marchands illégaux. Nous ne sommes pas là pour les empêcher de travailler mais ils devront opérer dans la légalité », indique Daniel Laurent.

En effet ces quelques marchands illégaux ont occupé le Ruisseau du Pouce pendant plusieurs années. L’endroit n’était alors pas recouvert. Les marchands devaient installer des prélarts pour se protéger du soleil et de la pluie. Et quand il y avait de grosses averses, ils étaient forcés de ramasser leurs marchandises de peur que celles-ci ne soient abîmées. Quand il pleut, les marchands ne pouvaient opérer à cet endroit. « Nous avons toujours opéré à cet endroit. Nous n’avons nulle part où aller. Nous aurions aimé obtenir un étal au Ruisseau du Pouce comme les autres », affirment-ils.