Des délégués de cinq fédérations et confédérations syndicales de la fonction publique ont voté à l’unanimité les six résolutions présentées par leurs dirigeants dont celle concernant le gel, par le gouvernement, de l’« option form » qui leur demande d’accepter les nouvelles propositions du rapport Pay Research Bureau (PRB) 2013. C’était ce matin lors d’une rencontre organisée au siège de la Federation of Civil Service and Others Unions (FCSOU), à Trade Union House Workers Solidarity Lane, Coromandel.
Les délégués présents se sont mis debout à l’heure du vote, après presque deux heures de rencontre, et ont en une seule voix approuvé les six résolutions proposées et lues par le président de la Mauritius Labour Congress (MLC), Haniff Peerun. En premier lieu, le gel de l’« option form » par le gouvernement est réclamé.
Les fédérations et confédérations syndicales demandent au gouvernement de mettre en place une Independent commission pour revoir les salaires. « On lui donne six mois pour présenter son rapport avec des arrérages à compter de janvier 2013. » Elles ont, de nouveau, demandé le départ immédiat du directeur du PRB Mohun Parsad Aujayeb. « Ki li ale par li mem si li ena inpe lamour prop. »
Les délégués ont voté pour une augmentation salariale intérimaire de 30 % pour tous les fonctionnaires, en attendant le rapport de la commission indépendante dont ils réclament l’institution. Les confédérations ont décidé d’aller de l’avant avec une manifestation de rue « si nou pa gagn satisfaksyon », affirme Haniff Peerun. En dernier lieu, elles promettent « enn desobeisans sivil dan servis sivil, si nou pa gagn satisfaksyon ». Le secrétaire général de la Nursing Association devait suggérer « que le rapport soit brûlé en public », si le gouvernement n’accède pas à leur requête.
Le président de la FCSOU se prononce contre la publication du rapport Errors and omission. « Sa rapor-la pa pou vinn coriz anomali », affirme-t-il en s’appuyant sur l’écart considérable qui existe entre le salaire d’un cadre supérieur et d’un fonctionnaire au bas de l’échelle. « Enn Chief Executive gagn Rs 144 000 ek enn ti salarie gagn Rs 7 400 », fustige-t-il, en estimant que ces derniers et les cadres moyens doivent bénéficier d’une augmentation salariale pour pallier cet écart.
« Si le PRB devait uniquement proposer des compensations, pourquoi n’avoir pas organisé des réunions tripartites ? Et pourquoi a-t-il fallu attendre cinq ans pour connaître ses recommandations ? » se demande pour sa part Toolsiraj Benydin de la National Trade Union Trade Confederation (NTUC). « Nou pa dakor ek sa rapor-la. Bizin amen zistis sosyal ek refer sa rapor-la toutswit », a-t-il vociféré.
Ont également pris la parole le président de la FCSOU Deepak Benydin et le président de la Mauritius Trade Union Confederation Dewan Khedoo.