Maurizio Sarri (à g) fait les éloges de Pep Guardiola en reconnaissant que “Manchester City est la meilleure équipe d’Europe, et peut-être même du monde” @Photo FoxSportAsia

Il n’a pas fallu plus que deux semaines pour que fonde comme neige au soleil l’optimisme généré par les 12 premiers matches sans défaite ayant marqué les débuts du règne de Maurizio Sarri à Stamford Bridge. Et comme pour mettre l’Italien encore plus en difficulté, le calendrier lui propose ce week-end la visite de Manchester City.

Pour être honnête vis à vis de l’ancien manager de Naples, il avait répété à satiété durant les premiers jours de l’automne européen que Chelsea n’était pas équipé pour rivaliser avec City dans la course au titre et en attendant l’affrontement de ce soir entre les deux équipes un écart de 10 points s’est ouvert entre elles.

Mardi dernier l’équipe de Pep Guardiola a maintenu contre Watford le rythme de sa chevauchée en tête du classement. Un jour après Chelsea s’est incliné à Wolverhampton Wanderers (2-1), la seconde défaite des Blues dans leurs trois derniers matches de Premier League.

Sarri a dit que son équipe n’avait bien joué que pour 55 minutes à Wolverhampton et il est conscient de l’importance de tenir 90 minutes aujourd’hui s’il veut avoir une chance de freiner le bulldozer qu’est City. Il dit quand même s’attendre à “une grosse réaction” aujourd’hui, mais il paraît déjà résigné à accepter comme objectif pour la saison une longue et indécise lutte avec ses rivaux de Londres, Tottenham Hotspur et Arsenal, pour une place dans le Top Four, plutôt que d’assurer la chasse derrière Liverpool et le champion sortant. “Manchester City est d’une autre catégorie. Nous devons nous battre pour être dans le Top Four” a dit Sarri après le revers sur le terrain de Wolves.

“City est la meilleure équipe d’Europe, et peutêtre même du monde. Ils peuvent gagner la Champions League”. Liverpool, qui reste invaincu, comme City, a débuté son match à Burnley sans Roberto Firmino, Mohamed Salah et Sadio Mane, mais l’équipe de Juergen Klopp s’est tout de même imposée 3-1. Avec un énorme match de Champions League à remporter absolument la semaine prochaine contre Naples, Klopp pourrait bien se risquer à une rotation d’escouade pour le déplacement d’ouverture de journée à Bournemouth, qui est septième.

La victoire des Reds fait passer Liverpool en tête tout au moins jusqu’au duel plus tardif de City à Chelsea. Tottenham, qui est troisième avec également un rendez-vous d’importance massive la semaine prochaine en Champions League, risque aussi d’avoir la tête à l’Europe pour son déplacement à Leicester. Arsenal, qui est cinquième, n’a aucune de ces inquiétudes en accueillant aujourd’hui Huddersfield, visant à étendre jusqu’à 21 matches sa série sans défaite sur l’ensemble des compétitions.

Manchester United, concédant après trois nuls consécutifs 18 points de retard derrière le leader City et 8 derrière Chelsea, qui est quatrième, joue à Fulham, qui est lanterne rouge. Le boss de United, Jose Mourinho, a déjà effectué 46 changements à son X1 de départ cette saison et tous seront curieux de découvrir sa sélection alors qu’il se retrouve vis à vis du “tinkerman” (bricoleur) original Claudio Ranieri, aujourd’hui en charge de Fulham. Mourinho a laissé sur la touche Paul Pogba, son joueur signé à prix record, pour le nul à 2-2 mercredi avec Arsenal, ayant aussi omis du X1 de départ Romelu Lukaku, mais le buteur en forme du moment, Anthony Martial, a pris un coup et reste très incertain pour le match à Fulham.

Dans les autres affiches d’aujourd’hui Burnley reçoit Brighton tandis que le nouveau boss de Southampton, Ralph Hasenhuttl, sera sur la touche pour la première fois avec son équipe en visite chez l’autre mal classé qu’est Cardiff City. West Ham sera pour sa part en quête d’une troisième victoire consécutive en accueillant Crystal Palace dans un London derby.