Depuis quelques jours, des Mauriciens peuvent visionner, en allant sur le site de partage des vidéos en ligne YouTube, l’intervention du ministre Hervé Aimée à Agalega le 10 février dernier et dans laquelle il fait des critiques répétées contre l’Église catholique. Par ailleurs, le député MMM Adil Ameer Meea a déposé une copie du CD contenant l’enregistrement de cette intervention au Parlement à l’ajournement des travaux aux petites heures mercredi matin.
La démarche d’Adil Meea, député de Port-Louis Maritime/Port Louis Est (circonscription incluant Agalega), mercredi dernier fait suite aux réponses fournies par le ministre Aimée lors de la séance parlementaire du 26 mars concernant sa visite à Agalega. Le député l’avait entre autres interpellé sur ses « attaques injustifiées contre l’Église Catholique ». Le ministre lui avait alors répliqué selon le compte rendu des travaux : « De nos jours, il est trop facile d’interpréter ce qu’on voit sur les journaux pour venir même amener cela ici sans justification. Je demande à l’Honorable membre de voir qui a enregistré ce que j’ai dit à Agalega et si vous avez l’enregistrement amenez-le ici et produisez-le à l’Assemblée. »
Le député du MMM n’a pas tardé à relever ce qui sonnait comme un défi que lui a lancé le ministre et a donc déposé une copie de cet enregistrement. « Je voulais remettre ce document pendant le Question Time au moment où mon collègue Baloomoody posait une question au Premier ministre sur cette déclaration mais le Speaker m’a empêché. Je l’ai déposé alors à l’ajournement des travaux à 4 heures mercredi matin », explique Adil Meea.
Et samedi dernier, lors de sa conférence de presse, le leader du MMM a affirmé qu’il a écouté cet enregistrement et que son contenu est conforme à ce qui avait été publié par Le Mauricien le 15 février à ce sujet. « Le ministre Aimée a bien utilisé l’expression “kouyon” à l’encontre de l’Église catholique et il a créé une tension inutile entre l’Église et l’État. Qu’il présente ses excuses à l’Église et tournons la page », a lancé samedi Alan Ganoo à l’adresse du ministre Aimée.
L’on apprend que des catholiques engagés dans différentes organisations diocésaines, qui ont pris connaissance de cet enregistrement visuel et sonore ainsi que du compte rendu des questions parlementaires, commencent à se concerter pour faire part de leur mécontentement, estimant que les « paroles virulentes » du ministre Aimée visent aussi « les membres de la communauté catholique ».