photo archive

« Tout geste et tout discours exprimés publiquement, par des individus ou des groupes, à l’encontre de l’harmonie nationale et du respect intercommunautaire ne peuvent que nous consterner ».

C’est en ces termes que le Conseil des Religions a tenu à s’exprimer suite aux propos tenus en 2016 par le ministre du Tourisme Anil Gayan sur le « honour killing » qu’il a attribué à une communauté. Une vidéo de ce discours circule en ce moment sur la toile et des plaintes ont été enregistrées à l’encontre du ministre pour « incitation à la haine raciale ».

« Nous ne pouvons qu’être choqués par toute position qui ne contribue en aucune façon au renforcement du tissu social, pluriel et fragile, de notre pays. C’est ainsi que nous nous sentons concernés par les propos extraits d’un discours d’un ministre prononcé il y a trois ans et circulé ces derniers jours dans les réseaux virtuels, qui pourrait porter préjudice à nos soeurs et frères musulmans, qui plus est en ce mois sacré du Ramadan », soutient le Conseil des Religions.

« En prenant acte du communiqué du Muslim Citizens’ Council et de la position exprimée par le Porte-parole du gouvernement, le Conseil des religions invite la population à se prévenir de tout piège de démagogie et de manipulation qui pourrait incendier notre société ».

« Nous condamnons toute remarque inappropriée et faite par quiconque. Au 21ème siècle, tout discours choquant de manière odieuse et provocant, délibéré ou involontaire, ne peut être toléré ».

De plus, le Conseil des Religions condamne « avec force » la profanation des lieux de culte et demande aux autorités compétentes de sévir « avec fermeté » contre les auteurs de ces actes.