Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM a confirmé, hier, que les discussions PTr/MMM par rapport à la réforme électorale et à l’instauration d’une IIe République ont atteint un stade très avancé. A son point de presse hebdomadaire, hier matin, il s’est félicité de la déclaration « catégorique » du Premier ministre et leader du PTr, Navin Ramgoolam à l’effet que le projet de loi relatif à la réforme électorale sera circulé dès que possible et qu’une séance de l’Assemblée nationale sera convoquée, si nécessaire, durant les vacances parlementaires pour en débattre. Une éventuelle alliance PTr/MMM devra se fonder sur la base d’un programme, explique M. Bérenger pour qui, à ce jour, le Remake de 2000 « n’est pas encore rompu ».
Paul Bérenger juge, d’abord, « insultant » le commentaire de sir Anerood Jugnauth souhaitant « bonne chance » à ceux voulant instaurer une IIe République « à la Idi Amine Dada », Il soutient que la nouvelle République que le MMM souhaite contribuer à mettre en place viendra, au contraire, « consolider la démocratie ».  « Que SAJ se rassure: comme cela a, toujours, été le cas, notamment, en 1982, le MMM, au gouvernement, consolidera la démocratie ».
Le leader des Mauves s’offusque aussi de la remarque de Pravind Jugnauth  disant  que le MSM ne fait jamais de zigzag. Pour lui, cette déclaration du leader du MSM sous-entend que le MMM « est un parti qui zigzague ». « Au gouvernement comme dans l’opposition, soutient, à ce propos, M. Bérenger, le MMM n’a jamais fait de zigzag par rapport à son programme ». Il trouve que tel n’est pas le cas du MSM en affirmant que c’est ce parti qui a fait capoté le projet de réforme électorale de l’Alliance MSM/MMM entre 2000 et 2005.
Le leader du MMM estime que ce genre de remarques ne sont pas pour aider en ce « cooling-off period » du Remake de 2000. « Nous souhaitons qu’en cette période, tout un chacun pèse ses mots et que si, demain, le MSM et le MMM devaient se séparer, que cela se fasse de façon civilisée ». Paul Bérenger précise que, pour l’instant, le MMM « n’a pas de nouvel allié » et que le Remake de 2000 « n’est pas encore rompu ».
Mais il confirme que les discussions entre son parti et le PTr ont atteint un stade très avancé, d’une part, en ce qui concerne la réforme électorale, de l’autre, pour ce qui est de l’instauration d’une IIe République. « Dans les deux cas, je me félicite que nous sommes d’accord à 99% », précise-t-il. Il se félicite aussi qu’à l’Assemblée nationale, vendredi, le Premier ministre et leader du PTr, Navin Ramgoolam, a déclaré « catégoriquement » que le projet de loi relatif à la réforme électorale sera circulé dès que possible et qu’une séance du parlement sera convoquée, si nécessaire, durant les vacances parlementaires pour en débattre.
Quant à l’éventualité d’une alliance du MMM avec le PTr, M. Bérenger réaffirme que pour son parti, « tout est une question de programme ». L’essence du programme du MMM, en fonction des priorités de l’heure, rappelle-t-il, aussi, se décline en cinq points: (i) consolider la démocratie par le biais d’une bonne réforme électorale et l’instauration d’une IIe République visant un rééquilibrage des pouvoirs du président de la République et du Premier ministre; une nouvelle MBC et l’introduction de la télévision privée; (ii) combattre la corruption; (iii) améliorer le maintien de l’ordre et de la paix; (iv) donner une nouvelle impulsion à l’économie dans le présent contexte international « très difficile » qui risque, encore, de se détériorer si la crise dans la zone euro s’empire avec le retrait de la Grèce de cette zone et (v) affermir, « par tous les moyens », l’unité nationale.