Depuis hier, la prison centrale de Beau-Bassin dispose d’une Self-Care Unit. Cette nouvelle unité, basée sur le modèle australien, permettra à neuf détenus de mener une vie moins institutionnelle et de se préparer pour leur réinsertion dans la société. Ce type de logement résidentiel est en effet réservé principalement aux détenus qui s’apprêtent à retrouver leur liberté dans un proche avenir et qui possèdent les aptitudes et l’éducation nécessaires pour intégrer la société en toute sécurité.
Cette initiative se situe dans le cadre de la stratégie du département des prisons de moderniser les institutions pénitentiaires et de réduire la récidive. Les détenus éligibles seront logés dans un bâtiment rénové dans l’enceinte de la prison qui est équipé d’une cuisine, d’un salon, d’une véranda, d’une salle à manger, d’un espace pour la lecture, d’une salle de bain et d’un jardin où ils pourront cultiver des légumes. Ils prépareront leurs propres repas et partageront les tâches ménagères telles que la cuisson et le nettoyage. De plus, ils apprendront à vivre de manière coopérative dans un groupe et à régler tout problème de façon amicale.
Le passage entre la détention et la vie “normale” est une étape importante dans la vie des détenus. « Bien souvent, les ex-détenus ne parviennent pas à gérer cette transition, et retombent trop vite dans des comportements délictueux. D’où l’importance d’améliorer le temps de détention en vue de favoriser une réinsertion durable dans la société », explique le Commissaire des Prisons, Jean Bruneau.
Le concept de self-care en milieu carcéral est largement utilisé dans plusieurs pays tels le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, pour préparer les détenus à réintégrer la société. Il vise à assurer que le détenu soit doté d’aptitudes et attitudes nécessaires visant à son épanouissement personnel, de donner un sens à la période de détention et d’améliorer les perspectives d’une réinsertion réussie. Les détenus qui ont été logés dans la Self-Care Unit pourront ainsi intégrer la vie familiale plus facilement, trouver un travail adéquat après leur remise en liberté, et démontrer des aptitudes accrues dans la préparation des repas, le nettoyage, la lessive, les finances et les achats. Cette méthode est en ligne avec les exigences internationales des droits humains qui stipulent que les détenus doivent être traités avec respect et dignité et que les effets institutionnels de l’incarcération soient réduits.
Le Commissaire des Prisons explique que la Self-Care Unit incitera tous les détenus à bien se comporter, cela afin d’être éligibles à y être admis. « Les détenus seront toujours sujets à la supervision, et la discipline de même qu’aux conditions de travail de la prison. Aussi ils seront appelés à démontrer davantage de discipline et de responsabilité pour vivre dans cette unité », dit-il.