Le Pamplemousses SC a remporté la Republic Cup 2013 en battant le Curepipe Starlight SC (CSSC) 1-0 grâce à une réalisation de Kersley Appou (67e) lors de la finale disputée hier au New George V Stadium. Les Nordistes décrochent du coup leur troisième trophée en quatre ans, après ceux de 2010 et 2011.
Les hommes d’Henri Spéville ont fait volé en éclats les espoirs du CSSC de réaliser un triplé historique cette saison, comme l’avait indiqué l’entraîneur Fidy Rasoanaivo. Le CSSC, auréolé de son titre de champion de Maurice avant même le terme du championnat, partait avec la faveur des pronostics. Mais Pamplemousses n’avait pas dit son dernier mot.
Si sur les manches aller-retour de la Premier League le CSSC a dominé à deux reprises le Pamplemousses SC (aller 2-1, retour 3-1), hier, il s’agissait d’une finale de coupe. La formation nordiste était venue avec la ferme intention de confirmer sa réputation d’équipe de coupe. « C’était une opportunité pour nous de sauver notre saison. Il ne faut pas oublier que nous avons remporté ce trophée en 2010 et 2011 », a déclaré Henri Spéville après le match hier.
En bon challenger, Pamplemousses a su donner la réplique à un CSSC quelque peu désorienté et qui n’arrivait pas à trouver son jeu habituel. Les Nordistes ont contrôlé le milieu de terrain pendant quasiment toute la durée du match. Ils ont également poussé l’adversaire à la faute. D’ailleurs, cinq joueurs du CSSC ont été avertis.
Si en première période le jeu était relativement équilibré, en seconde période, Pamplemousses a progressivement pris l’ascendant. Les Nordistes étaient plus présents dans les différents compartiments du jeu alors que les néo-champions de Maurice n’arrivaient toujours pas à trouver leurs repères. Le trio offensif curepipien composé de Fabrice Pithia, Estel Bransuice, Andrisoa Rijamanana est passé à côté du sujet.
Dans l’entrejeu, le CSSC alignait trois joueurs qui évoluent habituellement sur le flanc, à savoir Tommy Sanhaboa, Bernard et Fabrice Agathe. Il manquait donc un maître à jouer du côté curepipien. Par ailleurs, la défense des “jaunes” donnait des signes de faiblesse avec un Kevin Curum visiblement en manque de compétition pour soutenir le rythme.
Pamplemousses a capitalisé sur ces lacunes, avec son duo Colin Bell et Gilbert Bayaram qui a ratissé les balles et empêché le CSSC de développer son jeu. Henri Spéville a beaucoup misé sur l’expérience de Kersley Appou en attaque. Cette stratégie s’est avérée payante puisque l’ancien international a souvent embarrassé les défenseurs curepipiens, que ce soit dans les duels aériens ou dans les démarcations.
Souvent oublié, Kersley Appou trouva le chemin des filets d’une tête appuyée sur une remise bien travaillée d’Allyson Jolicoeur à la 67e minute. Toujours est-il que dans les arrêts de jeu, le CSSC avait une occasion de revenir dans le match, mais Zoubair Rummun tira complètement à côté des buts de Kevin Jean-Louis.
« Nous sommes heureux de cette victoire. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on a sauvé notre saison. Le groupe mérite ce trophée, nous avons eu une préparation spécifique pour cette finale », fait ressortir Henri Spéville.