Depuis au moins une semaine l’axe Afrique-du-Sud – Maurice est sous étroite surveillance des autorités douanières et policières dans le cadre de la lutte anti-drogue. En effet, une nouvelle tentative d’infiltrer de la drogue à Maurice a été détournée par les hommes de l’Anti-Drug Smuggling Unit (ADSU) avec la saisie d’environ Rs 2 millions de gandia et deux armes à feu dans des boîtes de confiture à l’aéroport international SSR. Ce colis acheminé dans l’île par le biais d’une compagnie engagée dans le courrier express était destiné à un contact installé à La Gaulette, mais l’opération de « controlled delivery » n’a abouti à aucun résultat quant à l’arrestation du suspect.
Les indications de sources policières sont qu’aux alentours de 9h50 mercredi dernier, un colis arrivé par le vol SA 190 la veille devait être contrôlé par les autorités basées à l’aéroport de Plaisance. La boîte en carton devait être examinée de près par les limiers de l’ADSU, les douaniers de la Mauritius Revenue Authority et ce, en compagnie d’un officier de l’agence assurant le transfert du colis à Maurice. Sur la base de forts soupçons selon lesquels le paquet contenant cinq boîtes de confiture pouvait être de nature compromettante, celui-ci a été passé sous rayons X. Les autorités aéroportuaires n’ont pas tardé à découvrir la nouvelle stratégie pour faire passer de la drogue à travers le réseau Afrique-du-Sud-Maurice. Sur des instructions fournies par la plus haute hiérarchie de la brigade anti-drogue, les boîtes de confiture en fer blanc furent ouvertes et son contenu devait confirmer les soupçons des limiers.
Au total, 4,78 kilos de gandia ont été dissimulés dans ces boîtes à confiture de même que deux armes à feu et des munitions. Deux pistolets de la marque Pietro Beretta et PA 69, tous deux de couleur noire, ont été saisis par les officiers. Trois chargeurs ont aussi été retrouvés avec 17 balles de calibre 9 mm et 6,35 mm. Les armes et munitions ont été placées sous haute sécurité par les responsables de l’enquête tandis que la cargaison de gandia devait faire l’objet d’un exercice de « controlled delivery ». Mais l’opération montée par l’ADSU n’a débouché sur aucune arrestation et la livraison contrôlée a été annulée dans la journée d’hier. Le colis de gandia d’une valeur marchande de Rs 2 millions a été transmis au Forensic Science Laboratory à des fins d’analyses.
Selon les premières indications, la cargaison devait être livrée à un contact qui habite dans la région de La Gaulette. Mais les policiers ne sont toujours pas parvenus à remonter sa piste, surtout qu’ils ont découvert que le nom du destinataire était un faux. Toutefois les limiers sont en possession du numéro de téléphone du présumé récipiendaire. Mais les tentatives d’appels sur ce numéro ont été vaines car le téléphone en question est éteint. Dans la conjoncture, l’option privilégiée par les enquêteurs de l’ADSU consiste à obtenir un Judge’s Order pour retracer le nom de l’individu ayant fait les procédures pour l’enregistrement de la carte sim du téléphone. L’enquête policière se poursuit.