photo illustration
  • La saison de la “pik ourit” fermée pour deux mois à partir de cette semaine

La commission de la Pêche a procédé à la 11e édition de la fermeture officielle de la pêche à l’ourite lors d’une cérémonie à Mourouk en début de semaine. Profitant de cette occasion, le chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Serge Clair, a lancé un vibrant appel aux surveillants en vue de redoubler de vigilance pour lutter contre les infractions aux règlements.

Le commissaire de la Pêche, Richard Payendee, a, lui, soutenu que l’ourite est « un trésor qu’il faut protéger ». Il a annoncé dans le même souffle l’introduction prochaine de règlements visant à contrôler la pêche aux crabes, aux crevettes et aux langoustes, qui sont sous la menace d’une surexploitation.

Les pêcheurs d’ourites, les partenaires de ce projet et les superviseurs étaient tous conviés à cette cérémonie marquant le lancement de la fermeture saisonnière de la pêche à l’ourite.

« Dans le cadre de notre vision de faire de Rodrigues une île écologique, nous avons décidé de fermer la pêche à l’ourite. Pour qu’on réussisse, il faut accentuer la surveillance en mer afin d’assurer la protection de nos ourites. Je fais appel aux gardiens de la mer et aux officiers pour veiller à ce qu’il n’y ait pas de fraudes en mer », a déclaré Serge Clair.

La fermeture de la pêche à l’ourite est un événement majeur dans le calendrier du secteur de la pêche. Sans équivoque, Richard Payendee considère l’ourite comme un trésor pour Rodrigues. « L’ourite est un trésor qu’il nous faut absolument protéger si on veut assurer la pérennité de cette espèce », dit-il.

Il a fait ressortir qu’à une certaine époque, cette ressource marine était en voie d’extinction en raison de la surpêche dans le lagon. Les retombées de cette politique de fermeture saisonnière sont que la production de l’ourite a dépassé les 800 tonnes. Et la commission de la Pêche vise à atteindre les 1 000 tonnes lors de la prochaine saison d’ouverture.

Les crabes, les crevettes et les langoustes subiront le même sort si aucune mesure n’est prise.

« Lors de la prochaine séance de l’Assemblée régionale, nous introduirons de nouveaux règlements pour contrôler la pêche aux crabes, aux crevettes et aux langoustes. D’après notre constat, la production a nettement régressé et si nous ne faisons rien pour protéger ces espèces, surtout pendant la période de reproduction, elles subiront le même sort que l’ourite dans le passé », estime le commissaire de la Pêche.

Il est à noter que pendant cette période de fermeture, les pêcheurs sont déployés dans des travaux alternatifs qui sont rémunérés.

Cet événement, ponctué d’une animation culturelle, est accueilli favorablement par les gens de la mer. « Nous sommes très satisfaits que cette cérémonie se tienne chez nous. En tant que pêcheuse d’ourite, j’espère que le travail marche très bien jusqu’à la réouverture », affirme Lise Clair, pêcheuse d’ourite.

Propos soutenu par le secrétaire du Rodrigues Council of Social Services (RCSS), qui salue vivement cette initiative de la part du gouvernement régional. « Nous accueillons fort favorablement cette initiative et le gouvernement peut toujours compter sur notre support. Les pêcheurs sont les premiers acteurs de ce projet, car ils gagnent leur vie avec la pêche à l’ourite, mais nous devons tous mettre la main à la pâte », soutient Eric Jolicoeur, secrétaire du RCSS.