Les dix ans de l’autonomie de Rodrigues ont été célébrés avec faste au cours de ce week-end avec le déplacement du président de la république, Kailash Purryag, dans l’île à cette occasion. Le gouvernement régional de l’OPR, mené par le chef commissaire, Serge Clair, initiateur du projet de l’autonomie, a mis tout en oeuvre pour que cette étape dans l’épanouissement politique de Rodrigues soit un succès, avec une série de manifestations à différents niveaux, culminant avec une séance de feux d’artifices sur le front de mer de Port-Mathurin dans la soirée de vendredi. Kailash Purryag s’est vu conférer la citoyenneté d’honneur de Rodrigues.
Intervenant lors de la cérémonie protocolaire au stade de Camp du Roi, le président de la République a mis l’accent sur l’importance de l’éducation dans le développement de Rodrigues, de la société, de la famille et de l’individu. « La priorité des priorités demeure l’éducation. Nous devons être fiers d’avoir la chance de bénéficier de la gratuité de l’éducation. Tel n’est pas le cas dans beaucoup d’autres pays du monde. Nous devrons tirer le maximum d’avantages de cette occasion pour notre propre réussite », a-t-il déclaré.
Kailash Purryag a félicité le gouvernement régional de l’OPR pour son engagement en vue de « mettre l’éducation à la portée de chaque enfant de Rodrigues ». Il a ajouté que l’éducation ne relève pas de la seule responsabilité des enseignants ou de l’encadrement scolaire. « Il ne faut pas croire que seuls les enseignants peuvent faire les enfants réussir dans la vie. Vous, en tant que parents, vous portez une grande part de responsabilités vis-à-vis des enfants. Ces derniers vont à l’école, où ils passent en moyenne six ou sept heures chaque jour. Le reste du temps, ils sont à la maison sous votre responsabilité », s’est-il appesanti.
Dans un autre volet de son intervention, le président de la République a fait un rapide survol des enjeux du développement à Rodrigues. Il se dit conscient de la nécessité d’une nouvelle approche sur le plan socio-économique, faisant allusion à la récente conférence sous l’égide des Nations unies, avec la bénédiction du gouvernement, pour l’élaboration d’une stratégie de développement intégré et inclusif de Rodrigues. Il a souligné l’importance de la formation des ressources humaines. « Futur developma – progrès ekonomik – pou dépanne boukou lor nou ressources humaines. Ledikasyon ek formasyon pou vine lakle nou developma », a-t-il poursuivi.
Commentant la lutte contre la pauvreté, Kailash Purryag est revenu sur le poids de l’éducation. « Un grand économiste et prix Nobel, sir Arthur Lewis, de Sainte-Lucie, a trouvé que le remède contre la pauvreté n’est pas l’argent mais l’éducation. Il faut bien comprendre ce qu’il avait dit en 1979. Il ne faut pas seulement se fier au gouvernement pour vous aider à sortir de la pauvreté. Les autorités peuvent vous donner un coup de pouce, mais vous devez faire des efforts pour vous sortir de la pauvreté », a-t-il déclaré en faisant état des projets et du programme d’actions du ministère de l’Intégration sociale et de l’Empowerment Foundation.
Le président de la République a également abordé les efforts déployés en vue de trouver des solutions au problème de l’eau, aussi bien que la mise à exécution de projets dans les domaines de la technologie informatique, de la santé et de la promotion de la jeunesse.
Le chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues a salué les pionniers de l’autonomie. Il s’est engagé down memory lane pour se retrouver il y a 35 ans de cela, quand le projet d’autonomie fut l’objet d’une résolution votée par 70 Rodriguais et Rodriguaises de l’OPR. Il a aussi eu une pensée spéciale pour Antoinette Prudence, dont la contribution à l’avènement de l’autonomie est reconnue dans l’île.
« 35 ans après, mo ti a kontan trouv sa 70 Rodriguais et Rodriguaises divan nou azordi. Boukou fine mor. Enan kapav ankor vivan. Zot finn subir le mépris, la haine ek bann menas. Zot fin soufer dan zot konbat pou lotonomi. Se dan le kontex ek la soufrans ki mo rekonnet la valer d’un homme et d’une fam », a déclaré Serge Clair en rappelant les grandes dates menant à l’autonomie, soit :
• le 19 mars 1982, avec la déclaration de sir Anerood Jugnauth à un meeting MMM/PSM à La-Ferme, où il avait pris fait et cause pour l’autonomie,
• février 2001, avec la déclaration de sir Anerood Jugnauth, Premier ministre, en visite officielle à Rodrigues avec Paul Bérenger, où il était question de « maximum d’autonomie »,
• le 20 novembre 2001, avec l’adoption de la loi sur l’autonomie par l’Assemblée nationale,
• le 29 septembre 2002, date des premières élections régionales à Rodrigues, et
• le 12 octobre 2002, jour de l’installation du premier gouvernement régional.
« Je félicite tous les Rodriguais et Rodriguaises, qui réalisent aujourd’hui que le plus beau cadeau que la République de Maurice a donné à Rodrigues, c’est l’autonomie pour développer notre capacité et pour assumer nos responsabilités sur le plan social, économique, culturel et politique », affirme le leader de l’OPR, qui ajoute que « la Répiblik de Maurice kontan nou mé li bizin kontan nou ene lot manyer : li bizin konn nou soufrans ek nou bann besoins ».
Parmi les décorés du 10e anniversaire de l’autonomie de Rodrigues, figurent le président Purryag, le groupe Jeunesse Ouvrière Chrétienne, la Mauritian Wildlife Foundation, Shoals Rodrigues, Voluntary Blood Donors Association de Rodrigues, Youth Alive Rodrigues, Anne Sylvette Legoff et Ayessen Pyanee.
Pendant son séjour à Rodrigues, le président de la République a également rendu visite aux élèves de l’école de Mont-Charlot, visité un shelter et inauguré un centre de chimiothérapie à l’hôpital Queen Elizabeth de Crève Coeur. Il procédera également à la réouverture de la saison « pik ourite » avant de rentrer à Maurice.