Serge Clair lors du Nomination Day à Rodrigues

Pour son dernier grand rassemblement politique avant le scrutin du 7 novembre, l’Organisation du Peuple de Rodrigues (OPR) de Serge Clair a réuni ses partisans à Malabar hier avec pour message très « clair », lui aussi : barrer la route au Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD). Un défilé de véhicules avait précédé les discours des dirigeants. avec les membres de l’OPR, en simultané avec leurs partisans, entonnant la chanson fétiche du parti : « I love OPR ».

Prenant tour à tour la parole, les orateurs n’ont pas épargné le PMSD, leur principal adversaire, ainsi que ses deux candidats rodriguais. Ils ont également fait un bilan du gouvernement régional de l’OPR, notamment dans le secteur de l’éducation, de la santé et des infrastructures routières, pour ne citer que ceux-là, ainsi que des projets entrepris par Francisco François quand il était député à l’Assemblée nationale et PPS.

« Sa misie profeser ki poz kandida pou PMSD dan Rodrig-la, li finn blie ki se gras a LOPR ki li profeser zordi ? Sa lot madam-la, li finn blie ki se gras a LOPR ki li finn voyaze dan bokou pei ? » s’est interrogé Serge Clair. « Nou pa vann nou pei ek nou pa vann lalit nou bann gran dimoun », a soutenu Franchette Gaspard Pierre Louis, qui demande à voter avec « conscience et intelligence ».

Buisson Léopold a rendu hommage à « tou bann gran militan OPR ki finn lite pou fer Rodrig kouma li ete zordi ». Il soutient qu’à Rodrigues, « il n’existe pas de haine, ni de division, de communalisme ou de guerre », ajoutant : « Me ena enn parti morisien ki pe anvi vinn Rodrig pou vinn diviz nou. Me sa nou napa oule. Fode pa nou less enn parti morisien sosial demokrat vinn diviz kreol dan sa pei-la. Nou dan bien isi. Nou pe komans gagn bann risess kot nou. Zordi nou sitiasion ekonomik pe sanze ek bann gro proze. Ek se nou ki bizin zwir sa, pa bann dimoun ki sorti laba. »

Le PMSD à Rodrigues « n’a pas de force réelle mais use d’arrogance », selon lui. « Nou pa kontan parski li enn parti nasional ek li pa sipoze fou so nene dan enn rezion ki otonom kot finn lite pandan 25 an pou gagn sa, me lalit-la ti komanse an 1976. » Buisson Léopold met en garde la population contre la « menace » que représente le PMSD, dont le leader « veut se venger », selon lui, « parski finn tir non so papa dan laeropor ». Il poursuit : « Li pe mem insilte nou, trouv nou inferier parski nou rest lor “crown land”. »

Il a ainsi fait une promesse à la population, à savoir que lorsque son colistier et lui seront élus, avant de choisir leur siège à l’Assemblée nationale, « ce sera sous condition » : celle d’amender la Rodrigues Regional Assembly Act afin de faire en sorte qu’aucun parti politique national ne puisse faire briguer de candidats à Rodrigues. « Se enn promess ki mo pe fer zot. Si banla pa dakor ek sa, mo pou fer tapaz dan Parlman. Kan zot pou vinn negosie ek nou, mo pou dir li. Samem mo premie kondision. »

Pour sa part, Francisco François déclare que le 7 novembre, « une nouvelle page sera inscrite dans l’histoire de Rodrigues » et pour la jeunesse rodriguaise. « Zordi, mo pe koze divan ou, me dan mo leker ena enn gran soufrans parski ena dimoun pa respekte pep rodrige ek ou trouv bann Rodrige kouma nou pe vann nou (parlant des deux candidats rodriguais du PMSD, Ndlr). Se pou sa ki mo kondann sa de politisien rodrige ki finn vann zot lam, zot dinite ek zot konsians-la. Zot pe vann Rodrig. Akoz sa enn nouvo lalit ek enn nouvo revolision pe komanse pou sa pei-la », dit-il. Raison pour laquelle le PMSD doit « Go Home », selon lui. Et d’exhorter la population à « faire le bon choix » et à « ne pas se laisser tenter par l’argent » en votant en bloc « de labouzi ».