Le poste de police de Rose-Belle a organisé mercredi une journée portes ouvertes pour célébrer le 252e anniversaire de la force policière à Maurice. Cette journée a débuté vers 10h pour prendre fin à 15h. L’objectif, a expliqué l’inspecteur Jayprakash, « est de consolider les liens avec les membres du public et de les rassurer sur le travail accompli par la police dans la région ». Les sujets qui ont été abordés sont la violence domestique par la Family Protection Unit, la délinquance juvénile par la Brigade des mineurs, les problèmes de la jeunesse mauricienne et la sécurité routière, entre autres. Les intervenants étaient l’inspecteur de police Jayprakash, l’ASP Bholah, Sister Rekha, Bramakumari de Rose-Belle, Miss Sharma, Police Psychologists, les constables Gunputh et Rajarai.

Abhisek Gopal, enseignant habitant Union-Park, fait partie d’E-Neighbour Watch de sa localité qui regroupe une vingtaine de personnes. Ces dernières communiquent entre elles par WhatsApp et font circuler la moindre information pour attirer l’attention sur des suspects qui rôdent dans le voisinage et qui pourraient éventuellement commettre un vol. Il a participé à cette journée portes ouvertes. « Personnellement, j’ai appris beaucoup des différents intervenants. Par exemple, comment avertir les autorités si les drains des voisins causent beaucoup de tort à notre environnement. C’est une très bonne initiative de l’inspecteur de police Jayprakash et son équipe. Une initiative, qui à mon avis, mérite d’être suivie dans les autres postes de police à travers l’île. »

Maheshwaren Than Thanee, éducateur habitant New-Grove, s’est fait un devoir d’assister à cette journée. « C’est un exercice de communication que je trouve très intéressant et qui m’a permis de comprendre le fonctionnement des caméras de surveillance placées à travers l’île. » Tout comme Abhisek Gopal, ses voisins et lui se transmettent des informations sur WhatsApp. « C’est un très bon moyen pour communiquer. »

Il a fait une suggestion aux intervenants après qu’il a appris que les officiers de police comptaient une psychologue. « J’ai suggéré que ce service soit étendu aux membres du public qui ont été victimes d’un vol et qui sont traumatisés. Je parle en connaissance de cause. » Les intervenants, selon lui, ont pris bonne note. Il dit avoir noté qu’il y a moins de vols depuis la mise sur pied d’E-Neighbour Watch dans sa localité et, surtout, depuis que trois policiers de la région ont intégré le groupe. « Il y a définitivement une baisse remarquable du taux de criminalité avec des patrouilles policières plus fréquentes », avoue-t-il, avant de faire remarquer que les liens d’amitié se sont beaucoup développés entre voisins.

Roshini Sobaha, conseillère du village de Rose-Belle, était elle aussi présente à cette journée portes ouvertes. « C’est une initiative très positive des policiers du poste de Rose-Belle qui, à mon avis, mérite d’être suivie par d’autres responsables des postes de police. Cette journée m’a permis de découvrir l’utilité des caméras de surveillance qui ont été placées à travers l’île. » Selon elle, c’est un moyen qui pourrait aider la police à être sur les lieux des accidents de la route le plus vite possible. « Lapolis pou boukou pli rapid », dit-elle. Elle abonde dans le même sens que cet habitant de New-Grove qui suggère que la police mette à leur service un psychologue pour le suivi des victimes de vol, de violence domestique ou de ceux et celles qui ont assisté à des scènes de crime.

Une intervenante, Sister Rekha de la branche Bramakumari de Rose-Belle, travaille sur un concept dont le thème est “Pause-for-Peace”. « Il y a trop de violences dans ce monde. Mon but, c’est d’apprendre et encourager les gens à prendre du recul dans la vie et à bien réfléchir avant de passer à l’action. C’est une manière de les responsabiliser. »

Les villages qui tombent sous la police de Rose-Belle sont Banane, Cluny, Union-Park, New-Grove, La Rosa, Rivière-du-Poste, Mare Tabac, Deux-Bras. « Depuis ces cinq dernières années, plusieurs nouveaux morcellements sont venus s’ajouter aux alentours de ceux déjà existants, sans compter les nouveaux centres commerciaux qui attirent les touristes. D’où la nécessité de mettre en place l’E-Neighbour Watch pour mettre à contribution la société civile qui, il faut le dire, collabore pleinement avec nous », a confié au Mauricien un haut gradé affecté au poste de police de Rose-Belle.