Un violent incendie a éclaté, dans la nuit de mercredi soir à jeudi,  dans la maison de Louis Antoine Eliza, 99 ans, et de celle de sa fille Marie Brunette, 60 ans. Le vieil homme qui allait fêter ses 100 ans dans six mois est mort carbonisé dans sa maison en tôle. Aujourd’hui, la confirmation d’une des fillettes, de la famille Eliza à Roche-Bois a été maintenue malgré la tragédie qui s’est abattue sa famille.
«Nous sommes encore traumatisés par ce drame”, confie les larmes aux yeux Marie Brunette Eliza, 60 ans. Elle est la rescapée de ce terrible incendie.
 “Il devait être 23h30. Je dormais à poings fermés lorsqu’un j’ai entendu ma belle-soeur qui hurlait et qui tapait violemment sur la porte. Je me suis réveillée et j’avais du mal à respirer avec toute la fumée qu’il y avait. Je suis sortie encore toute ahurie et c’est à ce moment-là que je me suis rendu compte du drame qui se jouait”, raconte-t-elle péniblement.
 La sexagénaire n’écoutant que son amour pour son père a tenté de pénétrer dans la maison mais n’a pu s’y approcher devant la fureur des flammes.
«D’autres membres de la famille ont eux aussi essayé mais tout a brûlé tellement vite», intervient un jeune homme. Devant l’intensité de l’incendie, et les flammes atteignant la maison des proches des deux côtés, tous les membres de la famille ont été contraints de se tenir à distance «Je n’ai rien pu faire pour mon père. Il me semble que je le vois encore qui me demande à boire. Il n’était pas malade, voyait bien et comprenait tout. Il se faisait une joie de fêter ses 100 ans. Je suis habitée d’une immense souffrance», pleure-t-elle à chaudes larmes.
 Des panneaux de vitres des deux maisons à côté ont succombé face à l’intensité des flammes. L’étage d’une des deux demeures est privé d’électricité depuis. “Mes petits enfants se sont enfuis d’ici. Ils sont chez leur grand-mère maternelle. Idem pour les autres enfants, qui restent aussi loin que possible des restes de ce foyer”, confie une des belle-soeurs de Marie Brunette.
 «Gaz mem inn eclater. Inn monte dan l’air ale kot voisin. Si li ti dirize lor nu lacaz, sa nu ti pu eclater sa”, intervient un autre proche.
 L’odeur est encore présente et les souvenirs de cette nuit terrible sont encore vivaces dans la mémoire des membres de cette famille.
 A ce stade, les circonstances de l’incendie mortel n’ont pas encore été déterminés. “À 17h, j’ai déjà préparer le dîner. Mon père ne fume pas. Je ne sais pas ce qui a pu causer cet incendie”, déclare la rescapée.
 Hormis la perte de son père nonagénaire, Marie Brunette souligne qu’elle a une enfant de 10 ans, à sa charge. Cette dernière doit faire sa confirmation aujourd’hui. Elle a perdu tous ses vêtements et ses matériels scolaires dans le sinistre.
 La maison en tôle était, selon la famille, bien entretenue. Elle comprenait quatre pièces et une véranda. Il ne reste plus rien de la demeure de Marie Brunette, qui a trouvé refuge chez un proche dans la même course lamente.