Quelques semaines après leur arrivée à Maurice, les quatre petits tigres du Safari Adventures Parc, aujourd’hui âgés de 10 mois, se sont joints à leurs congénères lions pour des balades avec des hommes dans un parc annexe de celui de Casela. Une expérience unique et forte en émotions qui permet de voir la différence dans le comportement des deux types de félins, le temps d’une sortie qui dure une heure.
Réputés pour être des tueurs d’hommes, les jeunes félins du Parc Aventure de l’Ouest ont toutefois été dressés dès leur plus jeune âge pour interagir avec ceux-là. Après une première expérience de marche avec les lions qui dure depuis quatre ans, le couple Bristow a choisi de proposer la même attraction mais avec des tigres cette fois-ci. Une activité qui connaît du succès parmi les Mauriciens et les touristes ; malgré une certaine appréhension, la curiosité de s’approcher d’eux et l’excitation de braver le danger sont toujours au rendez-vous.
Il est 10 h 20. En cette matinée hivernale, rafraîchie par une fine pluie, même dans l’Ouest, le guide nous invite à prendre place sur le mirador pour admirer les tigres et lions dans leurs enclos respectifs. Des visiteurs interagissent avec eux. Quelques minutes plus tard, on se tient prêt pour la marche. On suit le guide Nicolas Raynal, qui s’est joint à l’équipe il y a huit mois, dans les buissons pour aller attendre Zia, une lionne d’un an et Bagirah, le tigre blanc âgé de 10 mois.
Entretemps, notre guide en profite pour donner les consignes de sécurité : il faut rester groupés, ne montrer aucun signe de nervosité ou d’agressivité, ne pas crier, éviter tout geste brusque, ne pas porter la main près de la mâchoire ou de la tête, ou s’abaisser devant eux. Le dresseur ou le guide lui-même indiquent au visiteur le moment propice pour s’approcher de l’animal, le toucher ou le photographier. « Vous devez toujours avoir un oeil sur l’animal et l’autre sur moi », affirme Nicolas Raynal. Chaque marcheur a en main un bâton qu’il donnera à mâcher à l’animal s’il s’approche de lui. Sans tarder, les deux félins arrivent accompagnés de deux dresseurs, un portant un sac de viande, qui servira à ramener l’animal sur le sentier ou à le diriger vers des points spécifiques pour se donner en spectacle ; l’autre des produits de premiers soins au cas où il y aurait un accident. Le guide précise alors que l’animal reconnaissant les sacs, il est interdit aux marcheurs d’un avoir un. « Les lunettes de soleil sont également interdites car elles ont un effet de miroir », ajoute-t-il.
Le tigre plus vif
Le petit groupe est lancé sur le sentier. Un soleil timide fait son apparition. On a les yeux remplis d’admiration, rivés sur les deux félins qui avancent nonchalants devant soi. Soudain, sans crier gare, Bagirah s’écarte du groupe. On ne le voit plus. « Le tigre est plus vif que le lion et la fraîcheur hivernale le rend encore plus agile. Il sera peut-être plus difficile de le caresser car il bouge beaucoup », indique le guide. De temps à autre, il réapparaît. L’air coquin, il regarde à travers le buisson. Un des dresseurs le ramène sur l’itinéraire tracé pour la balade. Des petites haltes sont prévues pour admirer, photographier ou toucher l’animal. D’un simple geste, le dresseur indique au visiteur qu’il peut le toucher. « Asseyez-vous. Vous pouvez le caresser mais pas sur la tête, ni les pattes. Portez le bâton devant et près de lui, si jamais il se retourne, c’est ce qu’il attrapera en premier », indique le dresseur. Il ne faut surtout pas avoir peur de se salir les mains, car les félins peuvent parfois avoir de la boue sur le corps ; cependant, ils ne sentent pas mauvais. Le pelage du lion est dru, celui du tigre légèrement plus doux. Le dresseur signale aux visiteurs que la marche se poursuit. Il s’écarte de l’animal pour se remettre en groupe aux côtés du guide.
Un des moments forts de cette marche est certainement celui où les deux félins sont attirés sur un tronc penché qui rejoint un autre arbre. Alors que le tigre, agile, envoie les deux pattes pour prendre le morceau de viande fixé au bout du bâton du dresseur, le lion avance doucement, envoie lourdement une seule patte sans réussir à l’avoir. Il demeure au même endroit pendant de longues minutes. Le tigre, quant à lui, court après la viande, grimpe sur le tronc pour l’attraper, maintient sa position encore quelques secondes avant de descendre en sautant. Avant de recommencer.
Moment attendrissant : les deux bêtes jouent en se mordillant l’une l’autre. Elles se tirent les pattes de temps à autre. Le guide affirme que bébés, ils ne font pas encore la différence entre eux.
Une heure est bientôt écoulée. Les deux félins grimpent sur un arbre pour un dernier spectacle… Bagirah avance sur une branche sèche. « S’il met tout son poids, elle risque de se casser. Il ne se rend pas compte de cela ». Bagirah continue à avancer sous le regard admiratif des visiteurs. Soudain, Zia le tire par la patte de gauche. Au bout de quelques minutes, il retrouve le chemin pris pour monter et il descend. Il est l’heure de se séparer d’eux.
À la fin du parcours, un verre d’eau ou de jus, au choix, est offert au visiteur pour se désaltérer. Ceux qui souhaitent avoir des photos ou un DVD sur la balade sont priés d’attendre quelques minutes.