La passeuse malgache Nomenjanahary Johanah Zafera, arrêtée à l’aéroport SSR le 20 juillet 2011 avec 1 162 g d’héroïne dans ses bagages, a été reconnue coupable de trafic de drogue ce matin. L’élément de connaissance de cause a été établi.
La ressortissante Malgache Nomenjanahary Johanah Zafera, 31 ans, prendra connaissance de sa sentence prochainement. Pour l’heure, son avocat réunira les pieces of evidence et plaidera la cause de sa cliente avant que la sentence ne soit prononcée. Dans l’énoncé de son jugement, le juge Benjamin Marie-Joseph a statué que l’élément « importation de drogue » avait été établi par la poursuite. Le juge est ainsi revenu sur l’arrestation de la passeuse à l’aéroport SSR en 2011, où selon les témoignages des policiers et des douaniers, l’accusée était tendue et transpirait pendant que ces bagages étaient fouillés. Le juge a ainsi déclaré que l’accusée savait qu’elle transportait de la drogue et qu’elle a d’ailleurs admis au policier, lors de son interpellation, que la drogue était de l’héroïne.
Nomenjanahary Johanah Zafera a été arrêté avec 1 162 g d’héroïne à la suite d’une opération conjointe de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) et de la Customs Drugs Unit de la Mauritius Revenue Authority. La Malgache a soutenu qu’elle aurait été « piégée » par des Malgaches qui lui ont demandé de remettre deux valises à des contacts mauriciens. En prenant possession des deux valises à Madagascar, la jeune femme aurait pris la précaution de les fouiller, mais n’y aurait rien trouvé de suspect. Selon ses dires, elle ignorait que les poignées des valises avaient été démontées pour y cacher des boulettes d’héroïne.
Lors de sa fouille à Maurice, les officiers de l’ADSU et de la CDU ont soupçonné que les poignées avaient été manipulées. Les douaniers ainsi que l’ADSU les ont alors démontées pour y découvrir la drogue. Interrogée, la passeuse a immédiatement accepté de collaborer avec l’ADSU pour une opération de livraison contrôlée. L’opération a conduit à l’arrestation des contacts mauriciens et du commanditaire présumé de l’héroïne saisie. La valeur marchande de la drogue est estimée à Rs 15 M.