Navind Kistnah, le Custom Broker derrière les importations d’héroïne dans des compresseurs – 135 kilos le 9 mars et 20,34 kilos le 24 mars – est sur le point de boucler ses aveux à l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU). C’est ce qui découle des démarches initiées par ses avocats, Mes Rama Valayden et Neelkanth Dulloo, avec une demande formelle adressée à l’Office of the Director of Public Prosecutions pour une immunité contre des accusations de Drug Dealing With Aggravating Circumstances sous les sections 30 (1) (b) (ii), 41 ( 3) (4) et 47 (5) ( a) de la Dangerous Drugs Act.
Navind Kistnah, qui a indiqué aux enquêteurs de l’ADSU, menés par les surintendants Azima et Ramgoolam, que le dénommé Peroumal Veeren pourrait être le parrain des parrains, a confirmé l’identité de ses deux principaux contacts dans le réseau de trafic de drogue. « Monn gagn direktiv ek Ramdin pou amenn marsandiz e letan linn vini, monn donn kargo Seewoochurn », a-t-il fait ressortir lors d’une nouvelle séance d’interrogatoire hier en présence d’un de ses hommes de loi, Me Dulloo.
Dans la matinée de samedi, Navind Kistnah avait été identifié par les cinq camionneurs qui avaient assuré le transfert des conteneurs renfermant des “Wooden Crates” et les compresseurs contenant de l’héroïne depuis le port jusqu’à son domicile, à Petite-Rivière. Navind Kistnah ne cesse de répéter que Keshwin Seewoochrun venait prendre livraison des colis de drogue chez lui pour assurer la livraison, selon les directives présumées de Peroumal Veeren.
Avec la fin de l’interrogatoire de Navind Kistnah par l’ADSU, il faudra s’attendre à voir l’Independent Commission against Corruption (ICAC), qui a adopté un “Low Profile” depuis l’affaire Stephen, s’intéresser à ce suspect. Une des zones d’ombre à être éclaircies sur le Custom Broker et directeur de Kun Management INT Ltd concerne ses connexions avec Dada Azaree, le patron de Gloria Fast Food.
Du côté de l’ADSU, les aveux de Navind Kistnah mènent à une impasse. En effet, Homanchal Ramdin, qui transmettait les directives pour l’importation de la drogue, est porté manquant depuis le 17 mars, soit une semaine après la saisie des 135 kilos d’héroïne dans six compresseurs en l’enceinte portuaire. Aucune trace de ce suspect à ce jour.
Pour sa part, le suspect Imtieyaz Baccus, 38 ans, qui a été de nouveau interrogé « under camera » hier après-midi dans les locaux de l’ADSU en présence de son nouvel avocat, Me Ravi Rutnah, clame toujours son innocence. Me Rutnah remplace Assad Peeroo, qui s’est désisté dans cette affaire. Il a informé officiellement les enquêteurs hier matin et a même consigné une entrée à ce sujet aux Casernes centrales.
Le suspect Imtieyaz Baccus, qui avait demandé à la cour de l’admettre dans un hôpital psychiatrique pour des troubles mentaux, a dû s’expliquer sur la nature de ses relations avec Navind Kistnah. Cet habitant de Coromandel maintient sa position en répétant : « Mo pena nanye pou fer dan sa case-la ! » Le trentenaire a déclaré qu’il exerçait comme bookmaker illégal et qu’il a fait la connaissance du directeur de Kun Management International Ltd lors de courses au Champ-de-Mars. Selon lui, comme Navind Kistnah avait l’habitude de miser gros, il l’a invité à parier chez lui. À une occasion, son client a remporté Rs 300 000 – somme qu’il n’a pu honorer. Raison pour laquelle, estime-t-il, Navind Kistnah a balancé son nom à la police dans le sillage de l’enquête sur la saisie de 157 kg d’héroïne au port. Imtieyaz Baccus évoque une histoire de vengeance.?Auparavant, Navind Kistnah avait fait comprendre aux hommes du surintendant Azima que le trentenaire faisait bien partie d’un réseau de drogue et qu’une partie de l’héroïne saisie, soit environ 20 kg, lui était destinée. Ce que réfute Imtieyaz Baccus, qui avait déclaré à la presse dans l’enceinte des Casernes centrales, juste avant de se constituer prisonnier, qu’il est « une personne modeste » faisant face à des soucis financiers. Son interrogatoire devrait se poursuivre dans la semaine.