Y a-t-il des abus dans l’exercice d’allocation des heures supplémentaires aux fonctionnaires et employés des corps paraétatiques ? L’Independant Commission against Corruption (ICAC) est en tout cas en présence d’informations selon lesquelles des heures supplémentaires sont accordées au non-deserving staff au sein de la fonction publique. De plus, ces heures supplémentaires sont accordées “against gratification”.

C’est du moins ce que révèle une circulaire que vient d’émettre le Secretary of Public Service, Jean Maxy Simonet, à l’intention des chefs de département du ministère de la Fonction publique. Celle-ci souligne aussi que les registres de présence sont parfois falsifiés afin de réclamer le paiement des heures supplémentaires.

« However, the ICAC has reported that it is still receiving complaints on alleged malpractices pertaining to overtime allocation of overtime work to non-deserving staff against gratification, the falsification of attendance records and the claiming of undue overtime due to inadequate control, amongst others », indique la circulaire.

Elle souligne aussi que l’ICAC a observé que certains fonctionnaires ne portent pas assez d’attention à la nécessité d’observer la transparence, la recevabilité ou encore l’honnêteté dans l’exercice d’allocation des heures supplémentaires en raison d’un manque de contrôle.

La Secretary for Public Service invite ainsi les fonctionnaires à respecter les recommandations du Best Practice Guide et les conditions établies par le rapport du PRB de 2016 par rapport aux conditions entourant l’octroi des heures supplémentaires.

Il rappelle ainsi que la gestion du paiement des heures supplémentaires ouvre souvent la voie à la corruption. « They are reminded that overtime management is an area vulnerable to corruption/malpractices. Poor management of overtime also affects operational efficiency and increase staff costs », note la circulaire.

Le Secretary for Public Service invite les chefs de département à faire une utilisation judicieuse des heures supplémentaires dans la transparence et dans l’honnêteté.

« Supervising officers are kindly advised to pay close attention to the need to ensure transparency, accountability and fairness in the management of overtime. They should also ensure that same is administered in conformity with the principles set out in the “Best Practice Guide” and Current regulations », souligne la Secretary for Public Service.

Il somme ainsi les chefs de département des ministères de faire circuler ladite circulaire parmi les fonctionnaires et les employés des corps paraétatiques afin de faire respecter les recommandations de The Best Practice Guide on Overtime management in the Public Service. Selon d’autres sources, le montant des heures supplémentaires payé aux fonctionnaires annuellement frôle la barre de Rs 300 millions annuellement.