Le service des sapeurs-pompiers est actuellement en ébullition. Les pompiers dénoncent plusieurs problèmes de gestion qui mettent en péril leur propre sécurité et celui du public en raison d’un manque de personnel et de matériels essentiels. Ils viennent également d’apprendre que le Benevolent Fund auquel ils contribuent depuis des années s’est envolé en fumée car il a été placé dans le plan Super Cash Back Gold, à l’encontre du Fire Services Benevolent Fund Rules 1981, qui stipulent que cet argent ne doit être placé que dans une banque.
“La sécurité des pompiers et du public n’est pas assurée. Nous ne pouvons plus continuer à travailler dans cet environnement”, explique un officier à Scope. “Il y a beaucoup de vies en jeu”, ajoute un sapeur-pompier qui compte plus de trente années de service. Nos informateurs expliquent que plusieurs manquements viennent empêcher le service des pompiers de fonctionner normalement.
La plus grosse inquiétude demeure le fait que les pompiers ne sont même pas équipés de matériels essentiels à leur métier. “Comment allons-nous faire pour intervenir si un incendie se déclare au 5e ou 6e étage d’un bâtiment ?”, se demande un de nos informateurs. Le pays est à ce jour dénué d’un Turn Table Ladder (TTL) fonctionnel. Cette échelle télescopique permet aux pompiers d’atteindre des incendies qui surviennent à certaines hauteurs. Or, les deux seules échelles que possèdent les pompiers de Maurice sont hors d’état de fonctionner. “Il y en a une qui est off the run depuis deux à trois ans. Une autre, achetée en 2013, n’est pas opérationnelle puisqu’elle n’a pas de certification en raison de manquements administratifs. Sa certification n’a pas été faite à temps. Voilà dans quel genre d’environnement nous devons travailler. On joue avec la vie des pompiers et du public. C’est inacceptable !”