Il y a actuellement quelque 6 000 Mauriciens qui souffrent d’Alzheimer, une maladie dégénérative du cerveau. C’est ce qu’a révélé hier à la salle de conférence de la Tamil League à Réduit la ministre de la Sécurité sociale Sheila Bappoo. Elle intervenait en introduction à une causerie du Dr Gérard Moutou, géronto-psychiatre d’origine mauricienne, sur le thème « Dépistage précoce et réhabilitation psycho-sociale de la démence type Alzheimer ».
« À Maurice, les personnes atteintes de la maladie dégénérative qu’est l’Alzheimer (voir encadré) sont au nombre de 6 000 », a déclaré Sheila Bappoo devant une audience composée principalement de personnes du troisième âge. Outre le Dr Gérard Moutou et son épouse, Lormus Bundhoo (ministre de la Santé), Raj Duva Pentiah (Permanent Secretary au ministère de la Sécurité sociale), N. Soobratty (adjoint au PS), la Dr Ameena Sorefan (consultante au ministère de la Sécurité sociale et présidente de l’Association Alzheimer Maurice) et la Dr Veenoo Basant Rai (directrice de la Medical Unit du ministère de la Sécurité sociale) étaient également présents.
« L’Alzheimer est la démence la plus fréquente chez les personnes âgées et la troisième maladie la plus grave après le cancer et le sida à travers le monde », a ajouté Sheila Bappoo. Citant des statistiques, la ministre a avancé que 4,6 millions de nouveaux cas sont répertoriés chaque année dans le monde et que ce chiffre doublera d’ici 2030. « Les prévisions indiquent que 115 millions personnes seront atteintes d’ici 2050 », s’est-elle alarmée.
« Outre les causes et souffrances morales engendrées par l’Alzheimer, l’on se doit aussi de questionner les enjeux financiers. Le coût économique de la maladie dans cette partie du monde est estimé à quelque 1 750 euros par personne au début du dépistage et peut atteindre jusqu’à 4 000 euros », a affirmé la ministre.
Sheila Bappoo a expliqué qu’à Maurice, le gouvernement accélère ses efforts pour développer de nouvelles approches afin d’aider les personnes atteintes de cette maladie dégénérative et celles susceptibles d’en souffrir. « Avec notre société vieillissante, nous misons beaucoup sur la prévention. »
Citant des chiffres, la ministre a affirmé qu’en 2011, les personnes âgées de plus de 60 ans représentaient 11,8 % de la population. « D’ici 2030, elles seront 22 % », indique Sheila Bappoo. Elle a exhorté les personnes âgées à rester actives, à avoir une vie sociale, à intégrer les clubs des Senior Citizens, à rendre visite aux parents et amis, et à conjuguer les efforts de mémorisation. « Il y a certes plusieurs médicaments disponibles à Maurice qui soignent bien les symptômes d’Alzheimer mais ils concernent l’étape bénigne et modérée. Chez les personnes âgées prédisposées, nous devons cependant tout mettre en oeuvre pour ralentir le rythme effréné de la maladie ».
Sheila Bappoo a aussi remercié le Dr Gérard Moutou pour son désir de venir partager son savoir avec les Mauriciens. D’origine mauricienne et chef médecin du groupe hospitalier Est de l’île de La Réunion, ce spécialiste en géronto-psychiatrie a été élevé en juin 2011 au rang de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur par le président de la République française Nicolas Sarkozy.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Une maladie qui détruit le cerveau
La maladie d’Alzheimer a été découverte en 1906 par Alois Alzheimer après l’examen post-mortem d’une patiente. L’expression « maladie d’Alzheimer » a été utilisée pour la première fois en 1910 par le Pr Kraepelin.
De cause jusqu’ici inconnue, l’Alzheimer détruit le cerveau. La maladie se traduit par des lésions majeures (plaques séniles et dégénérescence neuro-fibrilaire) qui provoquent un changement dans les fonctions mentales du malade, puis une altération des activités de sa vie quotidienne et enfin des troubles graves du comportement.
Comme la maladie est progressive, la capacité de la personne à mémoriser, à comprendre, à communiquer et à juger diminue avec le temps. Cette maladie affecte par conséquent la mémoire, la pensée, le comportement et l’émotion.
L’âge est un des facteurs de risque les plus importants de la maladie d’Alzheimer puisque, de 60 et 80 ans, sa progression est exponentielle. Le vieillissement de la population accroît donc le risque de progression du nombre de malades.
Il n’y a jusqu’ici pas de cure pour la maladie. Il existe cependant des traitements pour ralentir son développement de six à dix-huit mois.
Si l’on estime à 6 000 le nombre de cas de maladie d’Alzheimer à Maurice, l’on prédit que ce chiffre pourrait doubler d’ici 25 ans. La Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer est célébrée le 21 septembre.