Dans une communication au Mauricien, le président du Mauritius Council of Social Service (MACOSS), Girish Bucktowonsing, déclare que son organisation fonctionne « de manière démocratique et dans la transparence la plus totale ». Réagissant à une déclaration d’un membre du MACOSS, en l’occurrence Saheed Thupsee, dans Le Mauricien du 27 mars, il déclare que « contrairement aux partis politiques, nous rendons des comptes à notre assemblée générale ».
Girish Bucktowonsing trouve « dommage que Saheed Thupsee veuille retirer le pouvoir des mains de l’assemblée générale pour élire le président et les membres du MACOSS, comme cela se passe dans beaucoup d’autres organisations démocratiquement constituées ». Au sujet de la proposition d’organiser des « income generating activities », Girish Bucktowonsing rappelle à Saheed Thupsee qu’il a été membre du comité chargé de construction du bâtiment du MACOSS de 2011 à 2013. « Avec ce projet inachevé, l’actuel président s’est retrouvé, lors de son élection en août 2013, avec une dette de Rs 6,5 millions comme héritage. Nous avons remué ciel et terre pour faire diminuer cette dette et la ramener à environ Rs 2,3 millions », dit-il. Selon lui, le MACOSS a beaucoup contribué à l’avancement du travail social à Maurice. « Au  lieu de le critiquer inutilement en public, il serait mieux de contribuer à le réformer afin de la rendre plus efficace », souligne-t-il.