Les retraités sont de plus en plus nombreux à poursuivre une activité professionnelle. Certains travailleurs “seniors” déclarent travailler pour améliorer leur retraite; d’autres y sont contraints parce que leur retraite ne suffit pas pour vivre. Dans la plupart des cas, ce choix est dicté par des motivations financières. Mais ce n’est cependant pas l’unique raison : d’autres le font par pure passion du travail.
On rêve tous du jour où on atteindra l’âge de la retraite pour profiter enfin de la vie. Néanmoins, pour de nombreux retraités, cette étape se révèle différente. Plusieurs raisons sont avancées par les personnes de plus de 60 ans qui continuent de travailler : pour ajouter un plus à leur pension octroyée par l’État, par obligation ou nécessité, pour ne pas arrêter d’un coup toute activité ou tout simplement par passion…
La maladie de son épouse et de lourdes dépenses en médicaments ont contraint Khaled Dhoojett, 71 ans, à trouver un travail à sa retraite. L’argent obtenu pour son temps de service au sein d’une compagnie de transport public a permis de solder les dettes. Sa pension de l’État, même augmentée depuis janvier, n’est pas suffisante pour vivre convenablement. Depuis huit ans, cet ancien kontroler s’est reconverti en marsan pistas. Chaque jour, il se réveille à l’aube pour préparer sa marchandise, qu’il écoule jusqu’à fort tard à la gare routière de Curepipe. “Mo bien bizin sa ti kas la. Lavi tro ser. Kas pansion la enn ti mama fini sa. Ek sa travay la ki mo pe resi nouri ek swagn mo bonnfam. Li pa evidan, me tan ki mo pou kapav dibout lor mo lipie, mo pou bizin trime parski pena personn ki kapav ed nou.”