Suspendu pour une période de quatre journées et condamné à une amende de Rs 50 000 pour la monte de Rear Admiral, Vikram Sola a fait appel de la sévérité de la sanction.
Pour la deuxième fois cette saison, Vikram Sola a été trouvé coupable de n’avoir pas monté un cheval à la satisfaction des Racing Stewards. Lors de sa première sanction pour la monte de Lucky Valentine, il avait écopé d’une mise à pied de cinq journées qui avait été réduite à trois journées en appel. Cette fois, la suspension a été de quatre journées, doublée d’une amende de Rs 50 000. Les Racing Stewards ont pris en considération la gravité de la faute et le fait qu’il ait déjà été sanctionné sous ce règlement avant d’arriver à une sanction correcte.
Le fait qui a été reproché à Vikram Sola est qu’il avait laissé Rear Admiral  en troisième épaisseur pour couvrir plus de terrain alors qu’il lui était possible de le reprendre pour le placer en troisième position derrière King Neptune et Greys Inn Control.
Gilbert Rousset a expliqué qu’il pensait que Vettel allait être en tête et qu’il tenterait de réduire le tempo, ainsi il avait demandé à Vikram Sola d’insister dans les premiers 200m pour prendre la tête et au cas qu’il ne pourrait le faire, de reprendre sa monture. Le jockey a soutenu qu’il avait fait ses papiers avant la course et trouvé qu’aucun d’entre Greys Inn Control ou King Neptune n’avait déjà mené un peloton. Aussi, il pensait que l’un d’eux allait à un moment céder et que Rear Admiral allait se retrouver dans la position one off.
Le Chief Stipe est venu de l’avant avec le fait que King Neptune avait déjà mené un peloton en pas moins de quatre occasions en Afrique du Sud. Ce à quoi, Vikram Sola répondit qu’il ne l’avait pas fait à Maurice.
Questionné sur sa non décision de ne pas reprendre son cheval au 1200m, il devait répondre qu’il avait peut-être commis une erreur car il pensait qu’un des deux autres allait céder.
A une question du board, Gilbert Rousset devait aussi trouver que Vikram Sola aurait pu reprendre sa monture à cet instant de la course.
Vikram Sola a demandé à voir le film de la dernière course de la dernière journée internationale où des jockeys plus expérimentés étaient en action.
Il a aussi appelé Donavan Mansour à être son témoin pour soutenir ses dires. Ainsi, le Sud-Africain souligna qu’il avait demandé à Girish Goomany, le cavalier de King Neptune de « let him go » mais que celui-ci ne lui avait pas répondu. Donavan Mansour est même allé jusqu’à dire que «It was a bad ride by Goomany. If I was in the place of Sola, I would have thought the same thing. I was in the same situation with Ashanti Gold. (ndlr : Course 76)»
Vikram Sola a plaidé non coupable des faits qui lui ont été reprochés, mais il a été trouvé coupable et sanctionné en conséquence.
La monte de Donavan Mansour (Greys Inn Control) fut aussi questionnée par les Racing Stewards. Il fut cependant plus heureux que Vikram Sola car le board des RS décida de ne pas aller de l’avant avec l’enquête après que le jockey ait dit que son intention était de mener la course. Au 1300m, il avait une encolure d’avance sur King Neptune, mais que ce dernier a insisté à son intérieur. Aussi, quand Rear Admiral progressa à son extérieur, son cheval commença à tirer. Il ajouta qu’il pensait reprendre sa monture, mais que s’il avait tiré plus fort sur les rênes, cela aurait pu   briser l’élan de Greys Inn Control.
Dans cette même épreuve, Kevin Ghunowa a été pénalisé pour négligence à l’encontre de l’éventuel vainqueur Recall To Life alors qu’il était en selle sur Bastille Day. L’incident se situa à 400m de l’arrivée quand Bastille Day fut redirigé vers l’intérieur après avoir opté pour suivre Skippyjon Jones. Rakesh Bhaugeerothee, le jockey de Recall To Life a déclaré qu’il avait, de la voix, fait comprendre à Kevin Ghunowa de sa présence à son intérieur. Toutefois, ce dernier déclara qu’il ne l’avait pas entendu. Interrogé sur le fait qu’il aurait dû voir Recall To Life vu que ce dernier était déjà sur son arrière- main, il dit ne l’avoir pas vu. Recall To Life trébucha et perdit du terrain, mais parvint à refaire tout son retard. Kevin Ghunowa, lui, devra observer une mise à pied de deux journées.
Une enquête sur un incident impliquant Jeanot Bardottier et Swapneel Rama à l’issue de la septième course a été ouverte. Selon l’officiel Jean-Marc Halbwachs, Jeanot Bardottier aurait délibérément dirigé sa monture en direction de Swapneel Rama. Ce qu’a nié le jockey de Vincent Allet qui a souligné que son cheval n’était pas facile à contrôler. L’endroit où eut lieu l’incident fut aussi sujet à discussion entre les parties. Aussi, le board de RS a préféré repousser l’enquête à une date ultérieure après avoir pris possession des images du paddock.
Un autre incident, entre Shirish Narang et Donavan Mansour était aussi au menu des enquêtes. Après avoir entendu les deux parties, le board des RS leur a dit qu’ils devraient se passer de commentaires inutiles, mais plutôt venir et signaler tout acte présumé répréhensible aux Racing Stewards.