Photo d'illustration

Le sucre est un secteur en déclin. Sa production a chuté de 9% l’année dernière, à 323 406 tonnes, comparé à 355 213 tonnes en 2017. Par contre, le taux d’extraction était supérieur en 2018, à 10.26%, contre 9.57% en 2017.

La production de thé est, elle, en hausse dans le pays. L’année dernière, il était planté sur 656 hectares, soit une hausse de 5,5% comparé à 2017 (622 hectares). La production de feuilles de thé vertes a connu une hausse de 10,2%, passant de 7 309 tonnes (en 2017) à 8 056 tonnes en 2018. De plus, la production de thé (manufactured tea) a enregistré une croissance de 6,6% en 2018, avec 1 470 tonnes, comparé à 1 379 tonnes en 2017. La production de culture vivrière a, elle, chuté de 9,2% l’année dernière, à 96 847 tonnes, contre 106 621 en 2017. De même, la superficie sous culture de fruits et légumes a reculé de 7 780 hectares en 2017, et à 7 646 hectares en 2018.

Une baisse que Statistics Mauritius attribue aux mauvaises conditions climatiques. De même, la culture de riz a lourdement chuté l’année dernière. La surface récoltée a baissé de 56 hectares (en 2017) à 13 hectares (en 2018) et la production de ‘paddy rice’ a reculé de 88,1%, de 160 tonnes à 19 tonnes. Pour sa part, la production de poulet s’est élevée à 49 000 tonnes l’année dernière, contre 47 500 en 2017.