« Nous demandons au gouvernement de ne pas imposer de “fixed penalty” de Rs 500 mais d’accorder des “incentives” aux propriétaires de taxis et de vans véhiculant des employés sur leur lieu de travail. » Telle est la demande de la Fédération des syndicats du secteur public (FSSP), qui a rencontré la presse ce matin à Port-Louis. Au sujet des relations industrielles, la fédération regrette qu’en « dépit du fait que le gouvernement a déclaré, dans une circulaire, qu’il ouvre des discussions avec les syndicats, nous voyons que les ministères et corps para-étatiques font la sourde oreille ». Selon Rashid Imrith, « si le gouvernement reste sur cette position, la FSSP aura recours à l’OIT ».