Un peu partout à travers l’île, l’électricité, l’internet et la télévision satellitaire sont devenus, au fur et à mesure de la soirée, intermittents si ce n’est que ces services ont carrément disparu des radars. Et ce n’est pas la détérioration brutale du temps depuis quelques heures qui va arranger les choses. Vacoas, Terre-Rouge, Mahebourg, Baie-du-Tombeau, Curepipe, Forest-Side, etc… sont dans le noir et d’autres régions ne sont pas à l’abri de se retrouver dans l’obscurité.

Les rafales fracturent les branches si elles ne déracinent pas carrément les arbres. En tombant sur les fils électriques, ils entraînent également la chute des pylônes qui, il faut le dire, ne sont souvent pas boulonnées à leur socle en béton comme il le faut.

Du côté du Central Electricity Board, on assure qu’on fait le maximum pour assurer le service, mais il y a des situations qui vont nécessiter le retour au calme météorologique pour qu’une équipe soit dépêchée sur place. On insiste que le rétablissement de l’electricité, là où la coupure a été nécessaire ou forcée, sera fait dans les plus brefs délais.

Le service internet est aussi devenu aléatoire du fait qu’il dépend grandement de l’électricité, surtout pour le wi-fi à domicile. Même le 3G ou 4G est barré par la situation climatique qui a contraint les prestataires de services d’interrompre leurs activités pour protéger leurs antennes paraboliques.

C’est le cas en particulier de MyT qui a dû interrompre un certain nombre de ses programmes satellitaires mais assure un service minimum pour ceux transportés par le câble sous-marin et optique. Il a émis un communiqué à cet effet. Quant à Parabole ou Canal +, l’accès au satellite est aléatoire de l’épaisseur des nuages, à moins que la violence des vents ait modifié le bon pointage.

Évidemment sans électricité tous ces services sont quelque part inutiles. Il faut simplement faire preuve de patience et ne penser qu’en termes de sécurité.