Une semaine après le meurtre de Kistnamah Ramanjooloo (79 ans) dans sa boutique à Terrasson, La Tour-Koenig, les suspects ont participé hier à un exercice de reconstitution des faits sous haute tension. Plusieurs unités de la police étaient mobilisées dont la Special Supporting Unit (SSU), la Dog Section et la police régulière.
Des barrages avaient été placés à quelques mètres de la scène du crime pour éviter que le public ne s’approche des suspects. Sharonne Jackson (30 ans), Mohamad Nazeem Emambaccus (35 ans), Aktar Hossenally (34 ans) et Naseer Ali Jeewon (41 ans) sont soupçonnés par la police d’être impliqués dans ce drame. Dans un premier temps, la Major Crime Investigation Team (MCIT) les a conduits au jardin de Plaine-Verte où ils ont expliqué comment ils ont mijoté le plan pour détrousser la septuagénaire après avoir pris leur dose de méthadone le vendredi 14 avril. Sharonne Jackson, voisine de la victime, serait le cerveau de ce meurtre. Elle a fait comprendre à ses complices que Kistnamah Ramanjooloo aimait rendre service et qu’elle serait une cible facile vu son âge.
Alors que le groupe se trouvait à Plaine-Verte le matin, la police a conduit un chauffeur de taxi à Terrasson. Ce témoin a expliqué qu’il avait fait une course pour les suspects et les avait déposés près de la boutique Ramanjooloo à la rue Jacarandas. Il soutient qu’il ne savait rien sur les intentions des suspects. Puis, c’était au tour de Sharonne Jackson de se présenter sur place sous les huées du public. Elle a expliqué au cours de cette reconstitution des faits que le commerce était fermé. Elle est partie au domicile de la victime où elle a lui a fait croire qu’elle voulait une bonbonne de gaz.
Sharonne Jackson est entrée dans la boutique une première fois seule et elle est ressortie par la suite pour prévenir ses complices qu’ils pouvaient passer à l’action. Ces derniers se sont introduits à l’intérieur où ils ont agressé la victime pour ensuite la bâillonner. Le rapport d’autopsie a conclu qu’elle est morte étouffée.