Photo illustration

Kusraj Luchigadoo, qui avait fait parler de lui après son escapade du centre de détention de Vacoas dans la nuit du 23 avril dernier, souhaite recouvrer la liberté. Il fait l’objet de trois charges provisoires après avoir été interpellé par l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) en mars dernier avec environ 1 kg de drogue synthétique estimé à Rs 5 M.

Les débats sur sa demande de remise en liberté sont prévus le 19 septembre. Kusraj Luchigadoo est accusé provisoirement de « drug dealing with aggravating circumstances », « holding materials for the purpose of using them for the unlawful production of dangerous drug» et blanchiment d’argent.

En mars, L’ADSU avait saisi environ 1 kg de drogue synthétique dans un laboratoire clandestin appartenant à Kusraj Lutchigadoo, à Triolet. Les policiers avaient, par la suite, monté une opération de surveillance. Ils ont attendu que le mécanicien de 35 ans soit sur place pour perquisitionner le bâtiment. Un sachet en plastique renfermant un kilo de drogue synthétique, 300 paquets de thé utilisés pour la préparation de drogue synthétique, un litre de dissolvant, un litre de benzène et une somme de Rs 301 000, soupçonnée de provenir de la vente de la drogue, avaient été retrouvés sur place. Actuellement en détention, Kusraj Luchigadoo souhaite recouvrer la liberté.

Sa motion de remise en liberté devait être examinée en fin de semaine devant la magistrate Rajkoomarsing à la Bail and Remand Court. Toutefois, l’affaire n’a pas été prise sur le fond. Il en ressort que le témoin qui devait déposer n’avait pas encore en sa possession des documents relatifs à cette affaire de drogue, soit des relevés téléphoniques et le rapport du Forensic Science Laboratory, qui est attendu. L’homme de loi de Kusraj Luchigadoo, Me Yash Badhain, a alors demandé un renvoi. La magistrate Rajkoomarsing a renvoyé l’affaire au 19 septembre.