La Confédération des Travailleurs du Secteur Privé exprime ses inquiétudes face au nombre croissant de travailleurs étrangers à Maurice ces dernières années. Le syndicat réclame au gouvernement de revoir les paramètres et critères concernant la venue de ces ressortissants sur notre île. C’était au cours d’une conférence de presse tenue jeudi à Port-Louis.
« Nous ne sommes pas contre le fait que des travailleurs étrangers viennent à Maurice pour accomplir certaines tâches que les locaux ne peuvent faire. Me zot pe vinn fer tou travay bann morisien kapav fer ek zot pe pran travay benn zenn diplome », déclare avec force Jane Ragoo, la secrétaire générale de la CTSP. La syndicaliste déplore le fait que les contrats des étrangers sont renouvelés chaque trois ans et qu’ils finissent par rester à Maurice. La secrétaire générale de la CTSP a aussi dénoncé la discrimination dans le traitement des travailleurs mauriciens et des étrangers.
Par ailleurs, au cours de ce point de presse, la CTSP s’est également attardée sur une réunion qui s’est tenue en début de semaine avec le ministre du Travail et des Relations industrielles Shakeel Mohamed. Jane Ragoo indique qu’au cours de ces consultations, la CTSP a réitéré au ministre sa demande pour l’introduction d’un Portable Severance Allowance Fund. « Il est urgent de convoquer un comité tripartite, avec la présence des représentants de l’International Labour Organization, au sujet du Portable Severance Allowance Fund. Trop de travailleurs sont licenciés sans obtenir de compensation. Ils aident la compagnie à engranger des profits mais sont, au bout du compte, pénalisés », explique la syndicaliste.