Des habitants de Triolet, plus particulièrement ceux de la région de Cinéma Cassé, où sévit la dengue depuis plus d’une semaine, sont descendus sur le terrain hier, équipés d’outils et de moyens de transport pour nettoyer leur quartier où une vingtaine de cas de dengue ont été enregistrés durant la semaine.
Accompagnés des ministres de la Santé, de l’Agriculture et de la Jeunesse et des Sports, des habitants de Triolet ont sillonné rue par rue et visité maison par maison et cour par cour pour nettoyer, enlever les ordures et les vieux équipements abandonnés et y ont répandu des insecticides pour empêcher la prolifération des moustiques. Ils ont aussi été sensibilisés sur l’importance de garder leur environnement propre, de se débarrasser de tout ce qui peut faciliter la prolifération des moustiques qui sont vecteurs de plusieurs maladies dont la dengue, le paludisme et le chikungunya.
Dans une déclaration au Mauricien, le ministre de la Santé, Lormus Bundhoo, affirme avoir observé avec regret que beaucoup de Mauriciens ne prennent pas leurs responsabilités par rapport à l’environnement où ils vivent. « L’État peut tout faire, amener autant de main-d’oeuvre qu’il faut pour nettoyer, distribuer des crèmes anti-moustiques ou des produits qui tuent les moustiques mais nous ne réussirons jamais à nous protéger contre ces maladies sans la participation de la communauté », dit-il. « L’on ne peut contrôler le climat ou empêcher les pluies de tomber mais nous pouvons empêcher la prolifération des moustiques. Nous menons des campagnes de sensibilisation auprès de la population, nous avons distribué des produits pour se protéger des moustiques me nou pa kapav trap lamin dimounn e fer zot netway zot lakour ».
Beaucoup de Mauriciens, dit Lormus Bundhoo, n’assument pas leurs responsabilités par rapport aux terrains abandonnés dans cette région du pays. « Nous allons servir des notices à leurs propriétaires pour qu’ils les nettoient dans les 48 heures. Au cas contraire, la loi sera appliquée dans toute sa rigueur », dit-il, après avoir constaté de visu la négligence de certains habitants. Le ministre est même entré dans la cour de certains habitants pour vider les pots de fleurs contenant des larves des moustiques. Il a réclamé la vigilance, la prévention et le nettoyage de la part des habitants de la localité. Quarante inspecteurs de la Santé poursuivront leur travail durant la semaine, en se rendant chez tous les habitants de la région, dès lundi matin, indique-t-il.
S’agissant des deux cas de dengue enregistrés, Lormus Bundhoo a précisé que la première personne concernée, qui habite à Vallée-Pitot, travaille à Triolet, alors que l’enfant de Pointe-aux-Piments qui a été infecté passe beaucoup de temps chez des proches à Cinéma Cassé.
Pour sa part, le ministre de l’Agriculture Satish Faugoo, également sur le terrain avec son collègue de la Jeunesse et des sports Devanand Ritoo, a déploré que malgré les campagnes de sensibilisation menées tout le long de l’année, « nous ayons autant de cas de dengue », avant de qualifier d’« irresponsables » certains habitants. Le seul moyen de combattre la prolifération des moustiques vecteurs de la dengue, dit-il, est la participation de toute la communauté au nettoyage du village.
Plusieurs institutions, dont le Bureau du Premier ministre, la Tourism Authority, le conseil du district de Pamplemousses et la firme Terra, ont participé à cette journée de nettoyage à Cinéma Cassé, Triolet, hier.